Un premier contact entre Abbas et Trump prévu vendredi

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas / Le président américain Donald Trump
AFP
Abbas sera l’un des premiers leaders arabes à avoir parlé au téléphone avec Trump

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le président américain Donald Trump, s’entretiendront pour la première fois vendredi au téléphone, d’après l’agenda officiel de la Maison Blanche.

Cet entretien téléphonique, qui devrait avoir lieu vers 12h15 (19h15 heure israélienne), intervient après des remarques de responsables palestiniens se plaignant de n’avoir toujours pas établi de contact avec l’administration Trump.

Abbas sera l’un des premiers leaders arabes à avoir parlé au téléphone avec Trump. Jusqu’ici, le seul leader arabe à avoir rencontré personnellement le président américain depuis son élection est le roi Abdullah de Jordanie. 

"Accord ultime"

Le président américain a exprimé à de nombreuses reprises depuis sa victoire électorale, son intention de mener à bien ce qu’il a qualifié "d’accord ultime", obtenir la paix entre Palestiniens et Israéliens.

Alex Brandon (POOL/AFP/Archives)

La question du conflit israélo-palestinien a été notamment abordée lors de la rencontre en février entre Trump et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou lors de sa visite à Washington.

Au cours de cette entrevue, Trump a déclaré à Netanyahou que "les deux parties devront faire des concessions" pour parvenir à la paix.

"Pas d’accord sur tout"

Par ailleurs, les dirigeants du mouvement réformiste américain ont rencontré jeudi à Ramallah le président de l'Autorité palestinienne.

La délégation, composée d'une trentaine de dirigeants de l'Union pour le Judaïsme de la Réforme dirigée par son président, le Rabbin Rick Jacobs, a abordé plusieurs sujets avec Abbas tels que la solution à deux États, les implantations et la nouvelle administration Trump.

"J'ai été impressionné par l'engagement clair et sans équivoque du président à la solution à deux États", a déclaré Jacobs dans un communiqué.

"Il est clairement frustré par le manque de progrès, ou même l'existence de négociations en cours. Je partage cette frustration" a déclaré Jacobs.

En outre, lors de la réunion de jeudi, la délégation a également discuté avec Abbas "de la responsabilité de l'Autorité palestinienne de mettre un terme à l'incitation anti-israélienne".

ABBAS MOMANI (AFP)

"Il a reconnu que c'était un véritable défi, tout comme en Israël, et a appelé à la relance du comité trilatéral anti-incitation dirigé par les États-Unis", a souligné Jacobs.

Daryl Messinger, président du Conseil nord-américain des réformistes, a lui reconnu que les deux parties n'étaient pas d'accord sur certaines questions.

«Nous n'étions manifestement pas d'accord sur tout, et nous ne l'espérions pas non plus. Nous avons été chaleureusement accueillis, et j'ai trouvé notre conversation positive ", a déclaré Messinger.

La délégation de l'URJ, arrivée en Israël lundi, a également rencontré le président israélien Reuven Rivlin, le président de l'agence juive Natan Sharansky ainsi que des membres de la Knesset. Le groupe devrait rencontrer le Premier ministre Benyamin Netanyahou dimanche.

Commentaires

(0)
8Article précédentAffaire d'espionnage jugée à Berlin: Daniel Rouach en exclusivité sur i24NEWS
8Article suivantPoutine offre un livre vieux de 500 ans à Netanyahou