Quantcast

Mahmoud Abbas "bientôt" invité à la Maison Blanche

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas / Le président américain Donald Trump
AFP
Donald Trump a réitéré son "engagement en faveur d'une paix véritable entre Palestiniens et Israéliens"

Le président des États-Unis Donald Trump a invité pour la première fois le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à la Maison Blanche, lors d'un entretien téléphonique vendredi soir, selon un communiqué du bureau de l'Autorité palestinienne.

Au cours de leur premier entretien téléphonique depuis l'investiture de M. Trump le 20 janvier, le président américain a convié M. Abbas à venir "bientôt pour trouver les moyens de relancer l'effort de paix avec Israël", a indiqué la présidence palestinienne citée par l'agence officielle Wafa.

M. Trump a réitéré son "engagement en faveur d'un processus de paix conduisant à une paix véritable entre Palestiniens et Israéliens", a-t-elle précisé.

M. Abbas a, lui, explicitement évoqué la solution à deux Etats, avec laquelle M. Trump a paru prendre ses distances lors de sa rencontre avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou le mois dernier.

En février, lors d'une conférence de presse conjointe avec Netanyahou à Washington, Donald Trump avait déclaré que "la solution à deux Etats" pour régler le conflit israélo-palestinien n'était pas la seule voie possible pour la paix.

En réponse, M. Netanyahou avait jugé que le nouveau président américain offrait "une occasion sans précédent" pour faire avancer la paix.

Pour sa part, M. Abbas soulignait vendredi son "engagement en faveur de la paix comme un choix stratégique (et) pour l'instauration d'un Etat palestinien au côté d'Israël", a dit la présidence palestinienne.

D'autres motifs sérieux préoccupent les Palestiniens alors que Trump a promis pendant sa campagne de transférer de Tel-Aviv à Jérusalem l'ambassade américaine en Israël et en tardant, après son entrée en fonctions, à réfréner la construction des implantations israéliennes en Cisjordanie.

Jack Guez (AFP)

Une délégation du Congrès des États-Unis était d'ailleurs en visite samedi dernier en Israël afin d'examiner "la question du transfert de l'ambassade tant du point de vue pratique que politique".

La direction palestinienne s'est aussi inquiétée de la difficulté à établir une ligne de communication avec la nouvelle administration, alors M. Trump a déjà parlé au moins à deux reprises au téléphone à M. Netanyahou et l'a reçu à la Maison Blanche.

Cependant, Jason Greenblatt, conseiller de Donald Trump, doit rencontrer M. Abbas mardi à Ramallah, a indiqué une source officielle palestinienne sous couvert d'anonymat.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a quant à elle rencontré mardi pour la première fois l'envoyé palestinien aux Nations unies Riyad Mansour.

Les Palestiniens devraient "rencontrer les Israéliens dans des négociations directes, plutôt que d'attendre de l'ONU des résultats qui ne peuvent être obtenus qu'entre les deux parties", a-t-elle souligné.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentPoutine et Erdogan se félicitent d'avoir entièrement normalisé les relations
8Article suivantONU: "le monde est confronté à la plus grande crise humanitaire depuis 1945"