Syrie: le régime a bombardé une source d'eau à Damas, un "crime de guerre" (ONU)

Des combattants de l'Armée syrienne libre près de la ville d'Al-Bab, le 4 février 2017
Nazeer al-Khatib (AFP)
Cette attaque avait eu lieu fin 2016

L'armée de l'air syrienne a commis un "crime de guerre" en bombardant fin 2016 une source d'eau alimentant Damas, a dit mardi la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie, démentant que cette source ait été contaminée par l'opposition.

"Les informations examinées par la Commission confirment que le bombardement" de la source d'eau, située à Wadi Barada, localité rebelle située à 15 km de la capitale syrienne, "a été effectué par les forces aériennes syriennes", selon un document de la Commission transmis au Conseil des droits de l'Homme.

Contrairement à ce qu'affirmait alors le régime, cette source d'eau n'avait pas été contaminée par l'opposition, assure par ailleurs la Commission. 

"Il n'y a pas de signalement de personnes souffrant de symptômes liés une contamination de l'eau avant le 23 décembre", date à laquelle le bombardement s'est produit, pointe ainsi le rapport.

"Les bombardements aériens" menés par le régime ont alors "gravement endommagé la source" et privé d'eau potable plus de 5 millions de personnes", dénonce la Commission.

"Alors qu'il y avait des combattants des groupes armés près de la source au moment de l'attaque, l'avantage militaire obtenu grâce à l'attaque était excessivement disproportionné par rapport à l'impact qu'elle a eue sur la population civile" et "équivaut à un crime de guerre", concluent les enquêteurs.

Fin janvier, l'armée syrienne a repris la région de Wadi Barada qui lui échappait depuis 2012, une région cruciale pour l'approvisionnement en eau de la capitale.

Commentaires

(0)
8Article précédentLa Turquie suspend ses relations au plus haut niveau avec les Pays-Bas
8Article suivantTrump reçoit l'influent vice-prince héritier saoudien à la Maison Blanche