Les USA promettent de "voter contre toute résolution" présentée à l'ONU

Over its 11-year history, the UN Human Rights Council has come in for criticism, including allegations that it has been co-opted by rights abusers who push resolutions attacking their rivals
FABRICE COFFRINI (AFP/File)
Israël et leur principal allié, les Etats-Unis, ont dénoncé à de multiples reprises cet "agenda biaisé"

Les Etats-Unis ont déclaré qu'ils "s'opposent fermement et sans équivoque" au débat du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies sur les violations des droits de l'Homme en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, dénonçant un "agenda biaisé".

Le porte-parole intérimaire du Département d'Etat des Etats-Unis, Mark Toner, a affirmé lundi que le sujet à l'ordre du jour, "la situation des droits de l'Homme en Palestine et dans d'autres territoires arabes occupés", était un nouveau rappel du parti pris de longue date existant à l'ONU contre Israël.

Les déclarations des États-Unis viennent après qu'un Rapporteur spécial de l'ONU a accusé lundi, devant le Conseil des droits de l'Homme, Israël "d'assujettir" les Palestiniens.

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur les Territoires, le Canadien Michael Lynk, estime en outre qu'Israël a intensifié la répression à l'encontre des défenseurs des droits de l'Homme.

Michael Lynk a présenté son rapport au Conseil lors d'une réunion spécifique sur Israël, dans le cadre du point 7 de l'agenda du Conseil.

"Aucune autre nation ne fait l'objet à part entière de l'ordre du jour au Conseil. L'existence perpétuelle de ce genre de sujet fait partie des plus grandes menaces qui risquent de nuire à la crédibilité du Conseil", a déclaré M. Toner.

MANDEL NGAN (AFP/Archives)

En effet, Israël est le seul pays avec un point fixe (le point 7) à l'ordre du jour de chaque session du Conseil (trois fois par an).

Israël et leur principal allié, les Etats-Unis, ont dénoncé à de multiples reprises cet "agenda biaisé" du Conseil, boycottant les débats.

Le 15 mars, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, dans une lettre à huit groupes de défense des droits de l’Homme, avait encore indiqué que les États-Unis poursuivront leur "objection forte et de principe à l'égard de l'agenda biaisé du Conseil contre Israël".

Aussi, dans un communiqué publié lundi, le département d'Etat américain a promis à nouveau que les Etats-Unis allaient "voter contre toute résolution" présentée dans le cadre du point 7 de l'agenda.

Ces débats interviennent alors qu'une responsable des Nations unies, Rima Khalaf, a présenté vendredi sa démission après que le patron de l'ONU Antonio Guterres lui a demandé de retirer un rapport accusant Israël d'imposer aux Palestiniens des conditions pouvant s'apparenter à l'apartheid.

Commentaires

(3)

Israël creuse sa propre tombe ...

Master

avec tout ce qu'ils se passent dans le monde ,tous ces pays qui massacre leurs peuples ,qui affame leur peuples qui commettent constamment des guerres ,qui se foutent des droits de l'homme qui commettent des crimes avec des atrocités inhumaine .des génocides et n'ont des accusations que sur Israël des terres reçu en héritage de l'Éternel depuis 3500 ans . aidé par l'Occident en échange de pétrole à faire croire aux monde du plus grand bluff que l'humanité à inventer avec toute les complicités de la planète de spolier l'héritage éternel de la plus grande démocratie du moyen Orient et peut être du monde accuser de tout ces mensonges.

Anonymous

Voilà la politique de l'injustice et l'impartialité à deux visages continue, et le gendarme de la planète prône l'égalité... hhhhhh

8Article précédentPratiques "nazies" : Erdogan a "dépassé une limite" (Berlin)
8Article suivantClimat: phénomènes extrêmes au menu de 2017 selon l'ONU