Quantcast

Poutine reçoit Tillerson, déplore la dégradation des relations Russie-USA

Le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, à son arrivée à l'aéroport de Moscou, le 11 avril 2017
Alexander NEMENOV (AFP)
Cette rencontre intervient après des négociations entre les chefs de la diplomatie des deux puissances

Le président russe Vladimir Poutine a reçu mercredi au Kremlin le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson après avoir déploré la détérioration des relations russo-américaines depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Cette rencontre, qui n'était pas prévue au programme de la visite du responsable américain, se déroulait en présence du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, avec qui Rex Tillerson avait longuement discuté auparavant, la Syrie étant au coeur de leurs négociations.

Elle intervient après que le président russe eut déclaré, à la chaîne d'informations Mir 24, qu'"on peut dire que le degré de confiance dans nos relations de travail, notamment dans le domaine militaire, ne s'est pas amélioré mais qu'au contraire il s'est dégradé".

Les deux pays sont lancés ces derniers jours dans une guerre des mots au sujet de l'attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun et après la volte-face du président américain, qui a ordonné le premier bombardement de l'armée syrienne depuis le début du conflit il y a six ans.

La visite de M. Tillerson, la première d'un haut responsable de la nouvelle administration américaine, devait servir à jeter les bases de la "normalisation" des relations entre les deux pays promise par Donald Trump lors de sa campagne électorale.

Mais les derniers évènements ont provoqué un nouveau regain de tensions aux accents de Guerre froide et éclipsé tous les autres dossiers.

Au début de son entretien avec le secrétaire d'Etat, M. Lavrov a dit vouloir comprendre "les intentions réelles" des Etats-Unis, afin d'éviter une "récidive" de la frappe américaine en Syrie et de travailler à la création d'un "front commun contre le terrorisme".

M. Tillerson a de son côté dit souhaiter un échange "ouvert, franc et sincère", destiné à "davantage clarifier les objectifs et intérêts communs" et les "nettes différences" dans l'approche des deux pays sur les principaux dossiers.

Les responsables américains s'étaient succédé mardi pour critiquer le soutien sans faille de la Russie au président syrien Bachar al-Assad.

Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a estimé qu'il n'y avait "pas de doute" sur le fait que le régime de Damas était responsable de l'attaque chimique présumée du 4 avril, qui a fait 87 morts dans la province rebelle d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Vladimir Poutine a, lui, répété une nouvelle fois mardi qu'il ne voyait aucun élément prouvant la responsabilité de Damas.

La Russie se tient à une ligne: il faut regarder du côté des rebelles, l'armée syrienne ne disposant plus d'armes chimiques depuis le démantèlement de son arsenal sous supervision internationale.

M. Poutine a ainsi mis en garde contre des "provocations" en préparation de la part des rebelles qui utiliseraient des armes chimiques pour mettre ensuite Damas en cause.

Les tests britanniques réalisés sur des échantillon du site de l'attaque chimique présumée ont conclu à l'usage de gaz sarin ou d'un agent neurotoxique similaire, a annoncé mercredi l'ambassadeur du Royaume-Uni à l'ONU.

Commentaires

(0)
8Article précédentLes cancers chez les enfants ont augmenté de 13% en 20 ans, estime l'OMS
8Article suivantLa Russie met son 8e veto à une résolution de l'ONU sur la Syrie