Quantcast

Le terroriste qui a poignardé à mort une étudiante britannique prêt à être jugé

Hannah Bladon, an English student who was stabbed to death by a Palestinian terrorist in Jerusalem on April 14, 2017
UK Foreign and Commonwealth Office
Avant de perpétrer l'attentat de Jérusalem, il avait été condamné en 2011 pour agression sexuelle sur sa fille

Le terroriste palestinien qui a poignardé à mort vendredi dernier une étudiante britannique dans une attaque terroriste à Jérusalem est "apte à être jugé", a déterminé mardi un psychiatre du service du Procureur de l'Etat du district de Jérusalem.

Jamil Tamimi, résident de Jérusalem-Est, a tué Hannah Bladon, 21 ans, venue en Israël dans le cadre d'un échange d'étudiants entre l'université de Birmingham et l'Université hébraïque de Jérusalem.

Hannah Bladon, qui étudiait la religion et l’archéologie à Birmingham, avait indiqué en janvier dernier sur Facebook, alors qu’elle débutait son programme à Jérusalem, se sentir en "sécurité" dans la ville.

Au moment de l'attaque, la jeune femme s'est retrouvée à côté du terroriste près de la porte de sortie après avoir laissé sa place à une femme qui portait un bébé pour qu'elle puisse s'asseoir.

Selon le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, le terroriste de 57 ans avait été hospitalisé dans le passé après une tentative de suicide et condamné en 2011 pour agression sexuelle sur sa fille.

Le test a été ordonné par un tribunal de Jérusalem, où Tamimi a été placé lundi en détention provisoire.

Il a déclaré aux enquêteurs qu'il l'avait attaquée parce qu'il "voulait mourir" et espérait que le soldat qui se trouvait à côté d'elle dans le tram allait le tuer, selon Channel 2.

L'attentat terroriste a été condamné par le Premier ministre Benyamin Netanyahou et le président Reuven Rivlin, qui ont également présenté leurs condoléances à la famille de Bladon.

Commentaires

(0)
8Article précédentLa femme d'Assad pourrait être déchue de sa nationalité britannique
8Article suivantL'ONU "suit de près" la grève de la faim des prisonniers palestiniens