Quantcast i24NEWS - Emirates réduit ses vols vers les Etats-Unis après une baisse de la demande

Emirates réduit ses vols vers les Etats-Unis après une baisse de la demande

Dubai-based Emirates airline has 11 daily flights to international airports across Australia
Greg Wood (AFP/File)
Conséquence du durcissement des mesures de sécurité par Trump visant les ressortissants de pays musulmans

La compagnie aérienne Emirates a annoncé mercredi une réduction de ses vols vers les Etats-Unis suite à une baisse de la demande causée par le durcissement des mesures de sécurité par le président Donald Trump visant les ressortissants de pays musulmans.

Emirates ainsi qu'Etihad d'Abou Dhabi et Qatar Airways, les deux grandes compagnies aériennes du Golfe, se sont plaintes ces dernières semaines de l'impact négatif des mesures américaines sur leurs opérations.

Dans un communiqué, Emirates annonce avoir décidé de réduire, à partir du mois prochain, ses vols vers cinq des 12 villes qu'elle dessert aux Etats-Unis.

"C'est une décision commerciale en raison de la baisse de la demande de voyage aux Etats-Unis", a précisé un porte-parole de la compagnie.

"Les récentes mesures prises par le gouvernement américain concernant la délivrance de visas d'entrée, les contrôles de sécurité accrus et les restrictions sur les appareils électroniques en cabine ont eu un impact direct sur l'intérêt des consommateurs et la demande de transport aérien aux États-Unis", a-t-il ajouté.

Les autorités américaines ont interdit d'emporter ordinateurs portables et tablettes en cabine sur les avions assurant les vols de neuf compagnies aériennes en provenance de dix aéroports internationaux de pays arabes et de Turquie, invoquant un risque d'attentats.

Cette mesure faisait suite à des tentatives du président Trump d'interdire temporairement l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de pays majoritairement musulmans ainsi que des réfugiés.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentAttaque chimique en Syrie: utilisation "irréfutable" de gaz sarin (OIAC)
8Article suivantNucléaire iranien: Tillerson accuse Téhéran de "provocations alarmantes"