Quantcast

Abbas prêt à rencontre Netanyahou à Washington sous le patronage de Trump

Netanyahou, Trump, Abbas
AFP
Le président US rencontrera son homologue palestinien le 3 mai prochain à Washington

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé être disposé à rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou dans le cadre d'une réunion tripartite à laquelle participerait le président américain Donald Trump.

"Je suis prêt à rencontrer le Premier ministre d'Israël à n'importe quel moment à Washington sous le patronage du président Trump", a déclaré le responsable palestinien au quotidien japonais Asahi Shimbun.

La Maison Blanche a annoncé mercredi que Trump rencontrera Abbas à Washington le 3 mai, deux mois et demi après sa rencontre à Washington avec Netanyahou, pour tenter de relancer l'effort de paix avec Israël.

"Cette visite permettra de réaffirmer l'engagement des Etats-Unis, comme des dirigeants palestiniens, à rechercher - et à terme conclure - un accord visant à mettre fin au conflit", a déclaré mercredi Sean Spicer, porte-parole de l'exécutif américain.

SAUL LOEB (AFP/Archives)

Une importante délégation palestinienne qui comprendra le négociateur palestinien Saeb Erekat et le chef du service de renseignement général palestinien Majid Faraj, partira à Washington dimanche pour se préparer au sommet Trump-Abbas.

"Nous sommes heureux que l'administration américaine entendent ce que nous avons à dire, et pas par le biais d'un tiers", a déclaré Abbas au quotidien japonais.

"Nous avons demandé à l'administration américaine qu'elle s'engage dans un accord de paix entre Palestiniens et Israéliens (...) sur la base de deux États sur les lignes de 1967", a-t-il ajouté.

Trump, un partenaire "sérieux"

Le mois dernier, Abbas a affirmé que Trump était "sérieux" dans sa volonté de résoudre le conflit israélo-palestinien à l'issue du sommet annuel des chefs d'Etat arabes en Jordanie.

Les Palestiniens avaient alors assuré avoir obtenu le soutien arabe qu'ils escomptaient avant une série de discussions entre M. Trump et plusieurs dirigeants arabes à Washington.

La nouvelle administration américaine, en place depuis deux mois, "pense sérieusement à trouver une solution à la question palestinienne", avait affirmé M. Abbas. "Nous dialoguons régulièrement avec l'administration du président Trump. Elle nous a demandé notre avis sur de nombreuses questions, nous avons répondu à ses interrogations et expliqué notre position sur tous ces points".

Mandel Ngan/AFP ; Zacharias Abubeker/AFP

Le dirigeant palestinien était reparti de Jordanie avec l'appui de la Ligue arabe, notamment sur la question de la solution à deux Etats, palestinien et israélien, avec laquelle M. Trump a semblé prendre ses distances en février. 

Il avait en outre obtenu des pays arabes qu'ils réaffirment leur soutien à l'initiative de paix arabe de 2002 qui prévoit une reconnaissance d'Israël par l'ensemble des membres de la Ligue arabe une fois obtenue la création d'un Etat palestinien.

"L'administration américaine attendait les décisions du sommet, notamment parce qu'elle veut faire avancer le dossier palestinien", avait ajouté M. Abbas. Et toutes ces positions endossées par la diplomatie arabe "auront un impact positif" lors des rencontres à la Maison Blanche, a-t-il poursuivi. 

Commentaires

(2)
SOVLANI

Excellente information, le vent commence à tourner cela devait-êttre une exigence des USA pour le recevoir! Vous faites du copier coller des articles tendancieux de votre agence de presse favorite! Oser indiquer"Le président US rencontrera son homologue palestinien le 3 mai prochain à Washington" et comparer le Président élu démocratiquement de la première puissance mondiale avec un dictateur, imposteur, qui se maintient au pouvoir sans élection sur des territoires qui appartiennent à ISRAËL, très mauvais fack news!

Damran

Comme d'habitude, ces roublards cyniques, font comme s'ils ne posaient pas leurs sempiternelles conditions préalables avant cette rencontre avec TRUMP... Or, en lisant bien leurs déclarations, on remarquera qu'ils font référence à une solution à deux états, sur les FRONTIERES DE 1967... De plus, pour eux, ces discussions s'engageront sur la base de l'initiative de paix arabe de 2002, complètement loufoque, qui préconise le suicide d'Israël contre des chimères... Enfin, que penser de l'affirmation d'Abbas lorsqu'il annonce que TRUMP est un partenaire "sérieux" ? Son prédécesseur Obama ne l'était-il pas, ou s'agit-il encore de circonvolutions verbales dont ces représentants sont experts ??? Rien de nouveau sous le soleil, surtout quand on lit les réactions de ces mêmes dirigeants sur la diffusion de la haine des Juifs/Israéliens dans leurs livres scolaires qu'ils refusent de modifier/réformer ???

8Article précédentNucléaire iranien: Tillerson accuse Téhéran de "provocations alarmantes"
8Article suivantAttaque chimique en Syrie: Moscou et Téhéran proposent une nouvelle enquête