Israël "prêt à agir militairement" pour empêcher l'Iran d'acquérir la bombe A

i24NEWS

2 min
Israeli Intelligence and Transport Minister Yisrael Katz argues that building an island nearby the Gaza Strip is a feasible option for alleviating conditions there
AFP / POOL / RONEN ZVULUNIsraeli Intelligence and Transport Minister Yisrael Katz argues that building an island nearby the Gaza Strip is a feasible option for alleviating conditions there

Katz appelle à des sanctions pour empêcher "l'Iran de transformer la Syrie en bases aériennes avancées"

Israël est "prêt à agir militairement" pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire, a déclaré jeudi le ministre israélien du Renseignement.

"Si les initiatives internationales menées ces jours-ci par le président Donald Trump ne contribuent pas à empêcher l'Iran d'acquérir des capacités nucléaires, Israël agira militairement par lui-même", a déclaré Israël Katz, en marge d'un déplacement au Japon.

Le président américain Donald Trump a appelé le 13 octobre le Congrès à durcir l'accord international qui vise à empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, sans pour autant aller jusqu'à le "déchirer" comme il l'avait promis en campagne.

A l'issue d'un long réquisitoire contre cet accord emblématique conclu en juillet 2015, "le pire" jamais négocié par les Etats-Unis selon lui, M. Trump a annoncé que les Etats-Unis ne se retireraient pas.

Mais il a précisé qu'il ne "certifierait" pas le fait que Téhéran respecte ses engagements, en dépit des assurances en ce sens de l'Agence internationale de l'énergie atomique. 

Israël pour sa part, souhaite une modification de l'accord, a souligné Katz, afin d'éliminer "la soi-disant clause de temporisation" qui fixe une date d'expiration après laquelle l'Iran sera autorisé à augmenter ses capacités en uranium et fabriquer du matériel nucléaire à des fins militaires.

Le ministre du Renseignement a également appelé à des sanctions visant d'une part à mettre fin au développement du programme balistique de la République islamique, mais aussi à empêcher l'Iran, soutien de Bachar al Assad, de "transformer la Syrie en bases maritimes et aériennes avancées ou en base pour les milices chiites".

Cet article a reçu 0 commentaires