Israël/Maroc: une amitié de longue date dévoilée au grand jour

Caroline Haïat

Journaliste web i24NEWS

8 min
Drapeaux israélien et marocain
JACK GUEZ, JODY AMIET / AFPDrapeaux israélien et marocain

"La coopération va stopper la haine qui se nourrit d’idéologies dépassées et bloquer la voie aux fanatiques"

Le 10 décembre 2020, D. Trump annonçait la reprise des relations diplomatiques entre Israël et le Maroc, une avancée vers la paix qualifiée d’"Historique". Pourtant, les liens entre ces deux pays existaient déjà: en 1990 des bureaux de liaison avaient été ouverts à Tel-Aviv et Rabat avant de fermer en 2000. Nous sommes partis à la rencontre des Marocains pour recueillir leurs témoignages et leurs espoirs à l’aube d’une paix durable dans la région.

A l’annonce de la reprise des relations, certains ont été surpris, d’autres s’y attendaient, mais la plupart des Marocains ont surtout été très émus de constater l’officialisation de liens qui, ont toujours été "normaux" à leurs yeux.

"J’étais fou de joie, c’était un jour exceptionnel pour moi et pour tous les Marocains. Nous avons pu faire un flashback et nous rappeler de l’amour et de la paix qui unissent nos deux communautés: c’est cela le vrai Maroc," a déclaré Benraho Ben Bader, élève pilote en 2e année à l’académie marocaine de l’aviation civile à Mohammédia.

Pour Houda Belabd, journaliste, auteure et chercheuse en patrimoine judéo-andalou à Rabat "c'est comme une porte qui ne s’était jamais ouverte ni fermée."

 "Je l’ai vécu comme un heureux événement tant attendu mais je n'ai pas du tout été surprise. Je connais de près le sérieux de notre ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita et je savais que ce dossier lui tenait particulièrement à cœur," a-t-elle dit à i24NEWS.

"J’ai pleuré d’émotion, j’étais tellement content, j’attendais ça depuis si longtemps !", a affirmé Mohammed Afailal Tribak, chef d’escale originaire de Tanger.

Un lien déjà présent, notamment via la communauté juive

Le Maroc et Israël entretenaient depuis longtemps des relations secrètes, mais les communautés juive et musulmane sont unies sur plusieurs générations: une réelle coexistence transmise comme un patrimoine.

"Le lien existe depuis des décennies et les défunts rois du Maroc nous invitaient toujours à respecter et à aimer nos amis juifs. Je pense qu’il faut rendre ce lien plus solide encore," estime Mohammed El Walid, psychologue du travail à Rabat.

Avec plus de 3.000 Juifs, le Maroc abrite de nos jours la plus grande communauté juive d'Afrique du Nord. "Le Maroc a un ADN juif-musulman et nous sommes fiers de nos compatriotes où qu'ils soient dans le monde," a déclaré à i24NEWS Adir Bahil, directeur conseil à Montréal, originaire de Marrakech.

Selon Abdelkader Boukourna, conseiller emploi à Bruxelles et originaire de Tanger "la majorité des Marocains ont toujours eu des rapports très cordiaux avec les Juifs ; désormais, avec l'accord, il n'y aura plus aucune hypocrisie."

Une opinion partagée par M. Ben Bader, qui souligne que "les relations culturelles entre le Maroc et Israël se sont établies à travers la communauté juive. Essaouira est notamment un symbole de coexistence entre Juifs et musulmans."

Video poster

Le conflit israélo-palestinien

Le roi Mohammed VI a rappelé au président de l’Autorité palestinienne M. Abbas "l'engagement permanent et soutenu du Maroc en faveur de la cause palestinienne", réaffirmant son "attachement aux négociations comme seul moyen de parvenir à un règlement définitif."

"La reprise des relations facilitera le processus de paix entre la Palestine et Israël. Le Maroc pourrait être un catalyseur et favoriser le rapprochement par le biais de négociations, pour une solution à deux Etats," a affirmé Hamza Aanaou, docteur en économie et sciences de gestion à Rabat.

"Je crois que notre Roi est capable, avec l’aide des amis Israéliens, d’instaurer une nouvelle pensée. Je suis optimiste quant au futur de la région. La reprise des relations ne fait que refléter le soutien du Maroc à une solution fondée sur deux États vivant côte à côte," a également précisé Mohammed El Walid.

"Espérons que cela encouragera Ramallah à sortir de sa position rigide pour agir en faveur de la résolution du conflit," a déclaré Adil Bahir.

Selon Mohamed Touimi Benjelloun, "il faut faire front à l’expansion de l’Iran et le Maroc va jouer un rôle au Moyen-Orient grâce aux échanges culturels qui sèmeront la paix entre Israël et la Palestine."

Quels avantages?

Avec cet accord entre les deux pays, de nombreux avantages s’offrent au Maroc dans différents domaines, notamment en termes de coopération économique et touristique, militaire et politique.

"Le Maroc va pouvoir bénéficier de la connaissance et d'un transfert de technologie et d'investissement. Nos ingénieurs et nos chercheurs ont démontré pendant la crise du Covid-19 une grande capacité de créativité et d’innovation et représentent un potentiel extraordinaire," a assuré Amine El Khettar, originaire de Rabat, co-fondateur de la société de technologies S.E.T.M .

Selon le Dr Hamza Aanaou, il faudrait "créer une Chambre de commerce entre Israël et le Maroc et développer des canaux de partages et de discussions via les associations, les entreprises et les universités. L’expertise israélienne dans la recherche et le développement nous sera très bénéfique. On aimerait aussi accueillir des multinationales israéliennes et organiser une diplomatie parallèle et citoyenne," a-t-il déclaré.

"Il serait opportun de mettre en place des partenariats pour la sécurité et promouvoir des relations bilatérales basées sur l’échange, la transparence et la confiance, via les réseaux sociaux et les voyages" a-t-il ajouté.

Pour Adir Bahil, "le Maroc peut être une plate-forme clé pour les entreprises israéliennes qui exportent dans toute la région, car notre pays est un centre régional de fabrication et de logistique reliant l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique."

"La coopération va stopper la haine qui se nourrit d’idéologies dépassées, faire disparaître les clichés, et bloquer la voie aux fanatiques," a estimé Mohammed El Walid.

Video poster

Les Marocains et la culture israélienne

Le Premier ministre israélien B. Netanyahou a invité la semaine dernière le roi du Maroc à venir en Israël. Beaucoup de citoyens marocains ont déclaré avoir des amis juifs en Israël et désirent s’y rendre depuis longtemps, un projet qu’ils pourront désormais concrétiser:

"Je m'intéresse à la nouvelle scène musicale israélienne. Grâce à mes amis israéliens rencontrés au Maroc, je connais un peu le parler des jeunes. J'aimerais aller à la plage à Tel-Aviv, sillonner les rues de Jérusalem et d’Eilat pour revenir avec des photos souvenir de ce périple que je désire du plus profond de mon cœur," a affirmé Houda.

On compte actuellement plus d’un million d’Israéliens d’origine marocaine et près de 700.000 d’entre eux vivent en Israël.

"Auparavant, on accueillait chaque année au Maroc entre 50.000 et 70.000 touristes israéliens. On propose des circuits orientés sur l’héritage culturel et religieux juif avec une visite des synagogues et des cimetières. Désormais, nous allons pouvoir développer davantage ce secteur pour les Israéliens," a déclaré Mohamed Touimi Benjelloun, guide touristique et écrivain, à Fès.

Selon certaines estimations près de 200.000 Israéliens seraient attendus au Maroc en 2021.

Caroline Haïat est journaliste pour le site français d'i24NEWS