Syrie: Moscou dit avoir tué "environ 200 combattants" lors d'un bombardement (armée)

AFP

2 min
Des forces armées russes dans la base aérienne de Hmeymim en Syrie le 15 mars 2016 - image d'illustration
AFP PHOTO / RUSSIAN DEFENCE MINISTRY / VADIM GRISHANKINDes forces armées russes dans la base aérienne de Hmeymim en Syrie le 15 mars 2016 - image d'illustration

Les forces aériennes russes ont effectué plusieurs frappes

L'armée russe a annoncé lundi avoir tué "environ 200 combattants" en Syrie lors d'un bombardement aérien sur une base abritant "des terroristes" au nord-est de la ville de Palmyre.

"Après confirmation par plusieurs sources de la localisation des cibles terroristes, les forces aériennes russes ont effectué plusieurs frappes à la suite desquelles deux abris ont été détruits et environ 200 combattants tués", a indiqué le ministère russe de la Défense, dans un communiqué publié sur Facebook.

Il ajoute que ces bombardements ont permis de détruire "24 pick-ups équipés de mitrailleuses lourdes et environ 500 kilos de munitions et de composants pour la fabrication d'explosifs improvisés."

Le communiqué ne précise pas de quel groupe terroriste il est question, ni de la date précise du bombardement.

Selon l'armée russe, l'objectif visé était une "base camouflée" où des "groupes terroristes" étaient formés pour mener des attentats en Syrie et fabriquer des explosifs. 

Elle ajoute que des "formations armées illégales" ont prévu des attaques contre des bâtiments publics syriens "afin de déstabiliser la situation dans le pays en prévision de l'élection présidentielle", prévue le 26 mai. 

Le communiqué ne précise pas de quel groupe terroriste il est question, ni de la date précise du bombardement.

Selon l'armée russe, l'objectif visé était une "base camouflée" où des "groupes terroristes" étaient formés pour mener des attentats en Syrie et fabriquer des explosifs. 

Elle ajoute que des "formations armées illégales" ont prévu des attaques contre des bâtiments publics syriens "afin de déstabiliser la situation dans le pays en prévision de l'élection présidentielle", prévue le 26 mai. 

Cet article a reçu 6 commentaires