"Nous condamnons fermement les attaques odieuses d’Israël" (Recep Tayyip Erdogan)

i24NEWS

2 min
FILE - Turkey's President Recep Tayyip Erdogan gestures as he delivers a speech during his ruling party's congress inside a packed sports hall in Ankara, Turkey, on March 24, 2021.
POOL via AP Photo/Turkish Presidency 2021 ©FILE - Turkey's President Recep Tayyip Erdogan gestures as he delivers a speech during his ruling party's congress inside a packed sports hall in Ankara, Turkey, on March 24, 2021.

"Nous continuerons à être aux côtés de nos frères et sœurs palestiniens en toutes circonstances"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a "fermement condamné Israël" samedi après une nuit de violences sur le Mont du Temple à Jérusalem au cours de laquelle 18 policiers israéliens et 205 Palestiniens ont été blessés.

"Nous condamnons fermement les attaques odieuses d’Israël contre notre mosquée Al-Aqsa qui sont malheureusement menées pendant chaque Ramadan", a tweeté Erdogan.

Le président a également qualifié Israël d'Etat "terroriste cruel" qui "attaque de manière sauvage et dénuée d'éthique les musulmans à Jérusalem qui n'ont d'autres soucis que de protéger leurs foyers et leur pays millénaire ainsi que leurs valeurs sacrées".

"En Turquie, nous continuerons à être aux côtés de nos frères et sœurs palestiniens en toutes circonstances," a-t-il ajouté.

Video poster

Les affrontements portent notamment sur la propriété foncière de terres sur lesquelles sont construites plusieurs maisons où vivent quatre familles palestiniennes menacées d'expulsion. 

Selon la loi israélienne si des Juifs prouvent que leur famille vivait à Jérusalem-Est avant 1948, ils peuvent demander à ce que leur soit rendu leur "droit de propriété".

Chef de file des monarchies arabes du Golfe, l'Arabie saoudite a dénoncé ces possibles expulsions. L'Iran, la Tunisie, le Pakistan ou encore l'Egypte ont condamné les agissements israéliens. La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans à Jérusalem-Est, a dénoncé une "agression sauvage".

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a quant à lui rendu Israël responsable des "développements dangereux".

Le porte-parole de la branche militaire du Hamas à Gaza a par ailleurs déclaré que"nous saluons notre peuple à Jérusalem et à Al-Aqsa, et leur disons que le commandant des Brigades Izz ad-Din al-Qassam, Muhammad Daf, leur a fait une promesse et ne la trahira pas: Israël paiera un lourd tribut".

Cet article a reçu 24 commentaires