Quantcast i24NEWS - Tel-Aviv: Vingt-deux Palestiniens interdits d'accès à une exposition

Tel-Aviv: Vingt-deux Palestiniens interdits d'accès à une exposition

Tel-Aviv: Vingt-deux Palestiniens interdits d'accès à une exposition, le 07 décembre 2017
Jonathan Aloush
"Les responsables de l'UE croient que pour toucher le cœur des Israéliens, il faut leur cracher au visage"

Vingt-deux Palestiniens, participant à une exposition organisée à Tel-Aviv de 50 portraits photos de Palestiniens nés en 1967, date d'annexion de la Cisjordanie par Israël, s'en sont vu interdire l'accès, a annoncé jeudi l'ONG israélienne B'Tselem.

Ces Palestiniens sont originaires de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Certains d'entre eux figurent sur les portraits photos, d'autres sont des photographes et des assistants de B'Tselem, qui se présente comme le centre israélien d’information pour les droits de l’homme en Cisjordanie.

L'exposition est organisée à l'occasion de la journée internationale des droits de l'Homme, avec le soutien de l'Union européenne (UE).

L'ambassadeur de l'UE en Israël Emanuele Giaufret a participé jeudi à une réception organisée dans le cadre cette exposition, en dépit des protestations officielles israélienne d'une rare violence, a indiqué un porte-parole de l'ONG.

"Les responsables de l'UE croient que pour toucher le cœur des Israéliens, il faut leur cracher au visage", avait affirmé lundi le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

Une responsable de l'UE à Tel-Aviv s'est contentée de souligner que l'UE participe à "plusieurs autres événements" liés à la Journée internationale des droits de l'Homme.

Les critiques d'Israël sont survenues avant une rare rencontre entre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et les 28 ministres des Affaires étrangères de l'UE, le 11 décembre à Bruxelles.

"L'interdiction faite à 22 Palestiniens de venir à cette exposition, qui montre les visages de gens dont on nie les droits élémentaires, traduit parfaitement la routine de l'occupation israélienne et son arbitraire", a affirmé Amit Gilutz, porte-parole de B'Tselem.

En avril, M. Netanyahou avait annulé une rencontre avec le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel à la suite du refus de ce dernier de renoncer à rencontrer des représentants de B'Tselem et de Breaking the Silence, autre ONG israélienne opérant en Cisjordanie.

Le déplacement de M. Netanyahou à Bruxelles aura lieu sur fond de vives tensions autour notamment de la décision mercredi du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, une initiative critiquée par Bruxelles.

(avec agence)

Commentaires

(6)

La politique des Etats-Unis se fait-t'elle à Washington ou à Bruxelles ? La levée de bouclier des européens, à la suite de la décision des Etats-Unis de transférer leur ambassade à Jérusalem laisse pantois!! Le président Trump serait-il sous tutelle européenne ? Le président Macron désapprouve l'initiative de Trump. Parfait! Mais la sienne, celle qui consiste à vendre à un Etat voyou, le Quatar, 12 avions Rafale et 36 en option, serait-elle louable? Le Président Trump ne serait-il pas en droit de désapprouver cette vente et d'ameuter toutes les victimes du terrorisme financé par le Quatar ? Alain

Super Alain

Bravo Alain tout est dit

Bravo Alain vous avez raison Il est temps de montrer et priver que l'U.E. Ne diète pas la politique des États Unis

C'est la triste continuité de la politique pro-arabe française de De Gaulle à Macron. Celle qui fait d'un grand Pays un lieu de lâcheté conduit par une classe politique aussi médiocre que sa classe médiatique. C'est aussi celle qui fait parfois se demander si nous faisons vraiment partie de cette communauté nationale. Mais j'ai aussi le sentiment que nous sommes bien malgré nous devenus les dépositaires de son romantisme et de sa fierté !

Jérusalem est est aux palestiniens. Mais pas seulement. Elle est aux musulmans du monde entier. Arrêtez de penser qu’un pervers comme Trump fait une déclaration qu’on va vous faire la guerre! Le peuple palestinien veut la paix. Rien ne change dans les faits. Et rien ne changera plus désolé messieurs les israéliens...

8Article précédentLa France prête à remettre à l'Algérie une copie de ses archives de la période coloniale
8Article suivantAnnuler la rencontre Pence/Abbas serait "contre-productif" (Maison Blanche)