Pas de résultats.

close

L’OMS adopte une résolution qui accuse Israël de violer les droits à la santé des Palestiniens

i24NEWS

clock 3 min

Une photo prise le 17 août 2020 montre une enseigne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à leur siège à Genève
AFP Photo/Fabrice COFFRINIUne photo prise le 17 août 2020 montre une enseigne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à leur siège à Genève

"Sur les 34 points inscrits à l'ordre du jour de l'OMS, un seul était axé sur un pays spécifique, Israël"

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a tenu mardi une session qui était principalement consacrée à la pandémie du coronavirus. Durant celle-ci, elle a adopté une résolution qui accuse Israël de violer les droits à la santé des Palestiniens mais aussi ceux "des Syriens sur le plateau du Golan (nord)"

La résolution a été présentée à l'OMS par la délégation palestinienne de l’ONU, elle appelait notamment à un "accès non discriminatoire, abordable et équitable aux vaccins contre le Covid-19" pour les Palestiniens et les Druzes du Golan.

En référence au récent conflit de 11 jours entre Israël et le groupe terroriste Hamas, la résolution a aussi demandé une évaluation de "l'étendue de la morbidité psychiatrique de la population de Gaza, résultant de bombardements aériens israéliens prolongés". 

Video poster

Hillel Neuer, le directeur exécutif d'UN Watch, une organisation à but non lucratif basée à Genève qui surveille notamment que les actions de l’ONU sont conformes à sa propre Charte, a condamné la "politisation cynique de la première agence mondiale de la santé au détriment de la concentration sur la pandémie de Covid-19 et d'autres priorités et urgences sanitaires mondiales vitales". 

"Sur les 34 points inscrits à l'ordre du jour de l'Organisation mondiale de la Santé, un seul, le point 25, était axé sur un pays spécifique, Israël", a déclaré M. Neuer dans un communiqué.

“Il n'y avait aucun autre point à l'ordre du jour ? Il n'y avait aucune résolution sur un autre pays, un conflit, une guerre civile ou une impasse politique. Il n'y avait rien sur la Syrie, où les hôpitaux et autres infrastructures médicales sont bombardés à plusieurs reprises et délibérément par les forces syriennes et russes, rien sur le Yémen déchiré par la guerre, où 18 millions de personnes ont cruellement besoin d'une assistance sanitaire, et rien sur le Venezuela, où le système de santé est dans un état d'effondrement et où 7 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire", a-t-il ajouté. 

De son côté, le ministère des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne a salué l'adoption de la résolution dans une série de tweets, affirmant que celle-ci "confirme le soutien de la communauté internationale au droit fondamental du peuple palestinien à la santé, en particulier pendant cette pandémie meurtrière et ces attaques systématiques d'Israël contre les établissements de santé et le personnel".

La résolution a été co-parrainée par 26 pays dont trois qui ont récemment normalisé leurs relations avec Israël: les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Maroc.

Au total, elle a été adoptée par 82 pays, 14 s'y sont opposées, 40 se sont s'abstenus et 38 étaient absents.

Video poster