Pas de résultats.

close

Echange de tirs à l'aéroport de Kaboul, un mort (armée allemande)

AFP

clock 2 min

Des soldats britanniques et canadiens montent la garde, des Afghans dans la zone militaire de l'aéroport de Kaboul contrôlée par l'armée étrangère, le 22 août 2021
Wakil KOHSAR / AFPDes soldats britanniques et canadiens montent la garde, des Afghans dans la zone militaire de l'aéroport de Kaboul contrôlée par l'armée étrangère, le 22 août 2021

Des soldats allemands et américains ont pris part à "des échanges de tirs ultérieurs"

Un garde afghan a été tué lors d'un échange de tirs tôt lundi matin à l'aéroport de Kaboul, entraînant l'intervention des forces allemandes et américaines, a annoncé l'armée allemande.

"Ce matin à 04H13 (dimanche à 2H43 GMT, ndlr), il y a eu un échange de coups de feu entre des gardes afghans et des assaillants non identifiés à la porte Nord de l'aéroport de Kaboul. Un garde afghan a été tué et trois autres blessés", a indiqué l'armée allemande sur son compte Twitter.

Des soldats allemands et américains ont pris part à "des échanges de tirs ultérieurs", a ajouté l'armée allemande, précisant qu'aucun de ses soldats n'avait été blessé.

Video poster

Plusieurs personnes avaient déjà été tuées dans des circonstances souvent mal élucidées autour de l'aéroport, où se poursuivent de laborieuses opérations d'évacuation. Face aux difficultés rencontrées, le président Joe Biden a ouvert la porte à une extension de la présence américaine sur place après la fin août.

"Il y a des discussions en cours entre nous et l'armée au sujet de la prolongation. Nous espérons ne pas avoir à prolonger, mais il y aura des discussions, je suppose, sur l'état d'avancement du processus" d'évacuation, a déclaré le chef d'Etat américain dimanche soir.

Quelque 30.300 personnes ont été évacuées par les Américains depuis le 14 août, a indiqué dimanche la Maison Blanche, alors que Washington espère exfiltrer jusqu'à 15.000 Américains mais aussi 50.000 à 60.000 Afghans et leurs familles. 

Des milliers d'étrangers d'autres nationalités, mais aussi des Afghans menacés ou ayant travaillé pour les alliés, ont également été évacués par les puissances occidentales, ou sont en attente d'évacuation.

La veille, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell avait toutefois jugé "impossible" d'évacuer toutes les personnes en attente à Kaboul avant le 31 août.