Pas de résultats.

close

Israël parmi les 136 pays en faveur d'un accord sur la taxation des multinationales

i24NEWS

clock 2 min

Illustration - un dossier du département d'Etat américain présenté à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), au siège de l'OCDE à Paris, le 25 juin 2021
AP Photo/Andrew Harnik, PoolIllustration - un dossier du département d'Etat américain présenté à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), au siège de l'OCDE à Paris, le 25 juin 2021

"L'accord d'aujourd'hui constitue un succès unique pour la diplomatie économique"

Pas moins de 136 pays se sont mis d'accord vendredi pour opérer des changements radicaux sur la taxation mondiale des multinationales afin d'éviter les risques d'évasion fiscale.

En vertu d'un accord annoncé par l'OCDE, ces nations – notamment Israël – adopteront un taux de taxation minimum fixé à 15% pour les entreprises réalisant au moins 750 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Video poster

"La réforme majeure du système fiscal international finalisée aujourd'hui permettra de garantir l'application d'un taux d'imposition minimum de 15% aux entreprises multinationales à compter de 2023", a indiqué l'OCDE, saluant un accord "historique". 

Ces nouvelles mesures permettront aux 136 nations de recueillir environ 150 milliards de dollars pour les coffres des gouvernements une fois mises en œuvre, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques.

Le président américain Joe Biden a été l'un des promoteurs de l'accord alors que les gouvernements du monde entier cherchent à augmenter leurs revenus après la pandémie de Covid-19.

"L'accord d'aujourd'hui constitue un succès unique pour la diplomatie économique", a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, "qui va mettre fin à une course vers le bas".

"Plutôt que de rivaliser sur notre capacité à offrir de faibles taux d'imposition des sociétés", a-t-elle déclaré, "l'Amérique sera désormais en concurrence sur les compétences de nos travailleurs et notre capacité à innover, une course que nous pouvons gagner."

Les groupes de défense pour la lutte contre la pauvreté et l'équité fiscale ont de leur côté noté que la majeure partie des nouvelles recettes iraient aux pays les plus riches, offrant moins aux pays en développement qui dépendent davantage de l'impôt sur les sociétés.