Pas de résultats.

close

Nucléaire iranien: Washington, Paris, Berlin et Londres expriment leur "inquiétude vive et croissante"

AFP

clock 2 min

Bâtiment du réacteur de la centrale nucléaire de Bouchehr, juste à l'extérieur de la ville méridionale de Bouchehr, le 26 octobre 2010
AP Photo/Mehr News Agency, Majid Asgaripour, FileBâtiment du réacteur de la centrale nucléaire de Bouchehr, juste à l'extérieur de la ville méridionale de Bouchehr, le 26 octobre 2010

Ils ont appelé à ce que l'Iran "change de cap"

Les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et le Royaume Uni ont exprimé samedi leur "inquiétude vive et croissante" face aux activités nucléaires de l'Iran, appelant à ce que Téhéran "change de cap", à l'issue d'une réunion de leurs dirigeants en marge du sommet du G20 à Rome.

"Nous sommes convaincus qu'il est possible de parvenir rapidement à mettre en œuvre, un accord sur le retour au respect du PAGC (Plan d'action global commun, signé en 2015 par l'Iran et 6 grandes puissances, NDLR) afin de garantir à long terme que le programme nucléaire iranien soit exclusivement destiné à des fins pacifiques, et de prévoir une levée des sanctions", selon un communiqué commun des quatre pays.

"Ceci ne sera possible que si l'Iran change de cap", ont-ils prévenu.

"Nous avons exprimé notre détermination à faire en sorte que l'Iran ne puisse jamais fabriquer ou acquérir une arme nucléaire, ainsi que notre inquiétude vive et croissante face au rythme accéléré des mesures provocatrices prises par l'Iran dans le domaine nucléaire, telles que la production d'uranium hautement enrichi", ont-ils affirmé.

Les grandes puissances avaient conclu en 2015 avec la République islamique un accord historique censé l'empêcher de se doter de la bombe atomique. 

Les Américains avaient unilatéralement quitté l'accord en 2018, sous la présidence de Donald Trump, et rétabli des sanctions contre l'Iran, qui s'est en réponse, progressivement affranchi des restrictions imposées à son programme nucléaire.