"La situation risque d'exploser en Cisjordanie" (M. Abbas à V. Poutine)

AFP

2 min
Le président russe Vladimir Poutine (D) et le leader palestinien Mahmoud Abbas à Sochi (Russie) le 11 mai 2017
YURI KOCHETKOV (POOL/AFP/Archives)Le président russe Vladimir Poutine (D) et le leader palestinien Mahmoud Abbas à Sochi (Russie) le 11 mai 2017

M. Abbas a souligné l'importance de "mettre fin aux pratiques unilatérales d'Israël"

"Les politiques israéliennes risquent de mener à une véritable explosion en Cisjordanie, théâtre récurrent de heurts", a déclaré jeudi le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine.

M. Abbas s'est entretenu jeudi matin avec le président russe, moins de deux jours après avoir rencontré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz, chez ce dernier, une première visite officielle depuis des années du président de l'Autorité palestinienne en Israël.

Video poster

La rencontre Abbas/Gantz était la "dernière chance avant une explosion", avait commenté sur Twitter le ministre de l'AP des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, sans épiloguer sur les causes et les effets de cette possible "explosion".

Dans un entretien avec Vladimir Poutine, dont le pays est membre du Quartette (ONU, UE, USA, Russie) pour le Proche-Orient, Mahmoud Abbas a attribué cette possible "explosion" en Cisjordanie aux politiques israéliennes.

Lors de cet entretien téléphonique, M Abbas "a souligné l'importance de mettre fin aux pratiques unilatérales d'Israël quant aux colonies, à la confiscation des terres, à l'expulsion de Palestiniens à Jérusalem-Est (...) et au terrorisme des colons car ces mesures israéliennes vont mener à une explosion de la situation", a indiqué l'agence officielle palestinienne Wafa.

A l'issue de la visite en Israël de M. Abbas, dont le leadership est contesté, le ministère israélien de la Défense avait annoncé des "mesures de confiance" afin d'apaiser la situation économique de l'Autorité palestinienne et réduire les tensions en Cisjordanie.

Cet article a reçu 21 commentaires