Nucléaire iranien: les négociateurs sont rentrés dans leurs pays

AFP

2 min
Réunion de la commission conjointe sur les négociations visant à relancer l'accord sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 27 décembre 2021
Handout / AFP / EU DELEGATION IN VIENNARéunion de la commission conjointe sur les négociations visant à relancer l'accord sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 27 décembre 2021

"Nous sommes maintenant à un stade des négociations où nous discutons de questions difficiles"

Les négociateurs en chef d'Iran et de pays européens en charge du dossier nucléaire iranien sont rentrés chez eux pour de brèves consultations, les pourparlers à Vienne ayant atteint une phase délicate, a indiqué samedi un média officiel à Téhéran.

"Les négociateurs (en chef) reviendront à Vienne dans deux jours", a indiqué l'agence de presse Irna, précisant que les discussions au niveau des experts se poursuivraient samedi et dimanche dans la capitale autrichienne.

"Nous sommes maintenant à un stade des négociations où nous discutons de questions difficiles et de la manière dont nous pouvons mettre par écrit les sujets sur lesquels nous nous sommes en principe mis d'accord", selon Irna. 

Ces pourparlers ont repris fin novembre à Vienne après cinq mois d'interruption entre l'Iran et les pays encore parties à l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 (France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie, Chine).

Leur objectif: un retour des Etats-Unis dans l'accord et ramener l'Iran au respect de ses engagements prévus par le pacte. Les Etats-Unis participent de manière indirecte aux négociations.

L'accord de 2015 offrait à l'Iran un allègement des sanctions internationales le visant en échange d'une limitation drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU, et de garanties prouvant qu'il ne cherche pas à acquérir la bombe atomique comme il l'a toujours affirmé.

Mais en 2018, les Etats-Unis de Donald Trump s'en sont retirés puis ont rétabli les sanctions économiques contre l'Iran. En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart de ses engagements clés pris dans l'accord.