Antony Blinken, depuis l'Ukraine, appelle Vladimir Poutine à la paix

AFP

2 min
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken accueilli par le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Senik à son arrivée à l'aéroport international de Boryspil, le 19 janvier 2022, à Kiev, en Ukraine
AP Photo/Alex Brandon, PoolLe secrétaire d'État américain Antony Blinken accueilli par le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Senik à son arrivée à l'aéroport international de Boryspil, le 19 janvier 2022, à Kiev, en Ukraine

Washington annonce 200 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire à Kiev

Le chef de la diplomatie américaine a demandé mercredi à Vladimir Poutine de choisir la "voie pacifique" dans la crise ukrainienne, un appel lancé lors d'une visite de soutien en Ukraine, à deux jours d'un face-à-face diplomatique russo-américain.   

"J'espère fortement que nous pourrons rester sur une voie diplomatique et pacifique, mais en fin de compte, ce sera la décision du président Poutine", a dit le diplomate, tout en notant que la Russie pouvait "très rapidement" augmenter encore ses troupes déployées aux abords de l'Ukraine.

Video poster

Dans ce contexte, Washington a annoncé "une provision de 200 millions de dollars en aide sécuritaire défensive supplémentaire" à l'Ukraine, une assistance qui ne manquera pas d'irriter Moscou, le Kremlin considérant qu'armer Kiev revient à menacer la Russie.

Le président Volodymyr Zelensky, recevant son invité américain, a lui remercié les Etats-Unis "pour l'aide militaire" surtout en "ces temps difficiles". 

Après Kiev mercredi, le chef de la diplomatie américaine est attendu jeudi à Berlin pour des discussions avec l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Et surtout, vendredi, Antony Blinken doit rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov à Genève, pour tenter de renouer le dialogue.

Ce dernier a cependant martelé qu'il lui faut des réponses "concrètes" aux exigences russes, notamment sur le non-élargissement de l'OTAN, avant de nouveaux pourparlers.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a jugé cette rencontre "extrêmement importante", tout en soulignant attendre "dans les jours à venir une réponse écrite" aux revendications russes.

M. Blinken a affirmé mercredi que des "conséquences très sévères" seront imposées à la Russie en cas d'agression contre l'Ukraine. Moscou a balayé ces menaces de sanctions.

Cet article a reçu 10 commentaires