Les forces russes auraient reçu l'ordre de procéder à une invasion de l'Ukraine (média)

i24NEWS

2 min
Des hélicoptères lors d'exercices conjoints des forces armées de Russie et du Bélarus, près de Brest au Bélarus, le 19 février 2022
Handout / MINISTRY OF DEFENCE REPUBLIC OF BELARUS / AFPDes hélicoptères lors d'exercices conjoints des forces armées de Russie et du Bélarus, près de Brest au Bélarus, le 19 février 2022

Les commandants sur le terrain préparent des plans de manœuvre précis

Les forces russes à la frontière ukrainienne auraient reçu l'ordre de procéder à une invasion de l'Ukraine, a rapporté dimanche la chaîne CBS.

Selon cette source, qui cite des estimations du renseignement américain, les commandants sur le terrain préparent des plans spécifiques de manœuvres sur le champ de bataille.

"Le président Biden a indiqué très clairement qu'il était prêt à rencontrer le président Poutine à tout moment et qu'importe le format", a dans ce contexte indiqué à CBS le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken.

Video poster

Il a aussi réaffirmé que la voie diplomatique était encore possible "jusqu'à ce que les chars soient réellement en mouvement et les avions dans le ciel".

"Tout ce que nous voyons suggère que ceci est très grave, que nous sommes sur le point d'une invasion", a-t-il alerté sur CNN.

La Russie a massé environ 150.000 soldats, des avions de combat et des équipements aux frontières ukrainiennes, les exercices militaires conjoints avec le Bélarus se poursuivant.

"Compte tenu de la hausse de l'activité militaire près des frontières (...) et de l'aggravation de la situation dans le Donbass, les présidents du Bélarus et de la Russie ont décidé de poursuivre l'inspection des forces", a expliqué dimanche le ministère bélarusse de la Défense, sur son compte Telegram.

Dans le même temps, les présidents français Emmanuel Macron et russe Vladimir Poutine sont convenus de tout faire pour aboutir rapidement à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine et de privilégier la voie diplomatique, a annoncé l'Élysée, pour qui "chaque jour sans guerre est un jour gagné".

Cet article a reçu 4 commentaires