Mali: l'armée française tue un haut cadre algérien d'Al-Qaïda

AFP

3 min
Des soldats français de l'opération Barkhane, la plus grande opération militaire française à l'étranger, dans le nord du Mali, le 19 mai 2017
Christophe Petit Tesson, Pool via APDes soldats français de l'opération Barkhane, la plus grande opération militaire française à l'étranger, dans le nord du Mali, le 19 mai 2017

"L'opération a conduit à la neutralisation du jihadiste algérien Yahia Djouadi, alias Abou Ammar al Jazairi"

L'armée française a tué fin février dans le nord du Mali un haut cadre algérien du groupe jihadiste d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dont il était le "coordinateur financier et logistique", a annoncé lundi l'état-major, qui mène en parallèle le retrait des forces françaises du pays.

"Dans la nuit du 25 au 26 février, la force (antijihadiste française) Barkhane a conduit une opération visant un haut cadre historique d'AQMI à environ 100 km au nord de Tombouctou, au Mali. Cette opération a conduit à la neutralisation du jihadiste algérien Yahia Djouadi, alias Abou Ammar al Jazairi", selon un communiqué.

Après avoir été localisé et identifié dans une zone connue pour être un refuge des groupes appartenant à AQMI et au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à la nébuleuse Al-Qaïda, "il a été neutralisé par une intervention au sol, appuyée par un hélicoptère de reconnaissance et d'attaque Tigre et deux drones français", détaille l'état-major.

"Sa neutralisation est un nouveau succès tactique significatif pour la force Barkhane qui reste déterminée à poursuivre le combat contre les groupes armés terroristes, avec ses alliés sahéliens, européens et nord-américains", malgré le retrait en cours des 2.400 militaires français stationnés au Mali sur un total de 4.600 hommes au Sahel, commente l'état-major.

Cette élimination d'un "acteur historique de l'expansion d'Al-Qaïda et du terrorisme jihadiste en Afrique de l'Ouest" permet en outre d'"affaiblir une nouvelle fois la gouvernance qaïdiste et prive le GSIM dirigé par Iyad ag Ghali d'un relais majeur au nord du Mali et dans la zone de Tombouctou en particulier", soulignent les armées françaises.

Engagé dans un maquis du Groupe islamique armé (GIA) algérien en 1994 puis dans le Groupe islamiste pour la prédication et le combat (GSPC), Yahia Djouadi a été conseiller militaire de l’émir historique d'AQMI, Abdelmalek Droukdal, neutralisé en juin 2020 par les armées françaises, selon l'état-major.

Nommé émir de la région Sud d'AQMI en 2007, puis d'AQMI en Libye en 2015, il gagne le Mali en 2019, et "s'installe dans la zone de Tombouctou, où il appuie la structuration et coordonne l’approvisionnement de matériels au profit du haut commandement du GSIM et d’AQMI. Il assure également un rôle de coordinateur financier et logistique pour le groupe", d'après le communiqué.

Cet article a reçu 0 commentaires