"Violations" présumées des droits de l'homme : une délégation arabe israélienne rencontre l'équipe des Nations unies

i24NEWS

2 min
Navi Pillay, alors commissaire aux droits de l'homme des Nations unies, s'exprime lors d'une conférence de presse à Rabat, au Maroc, le 29 mai 2014.
AP /Paul SchemmNavi Pillay, alors commissaire aux droits de l'homme des Nations unies, s'exprime lors d'une conférence de presse à Rabat, au Maroc, le 29 mai 2014.

"Il est impossible de traiter de manière juste et rationnelle un régime fondé sur la discrimination raciale"

Une délégation arabe israélienne a rencontré jeudi l'équipe des Nations unies chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme dans le conflit israélo-palestinien, en Jordanie.

La délégation, dirigée par l'ancien chef du parti Hadash, Mohammad Barakeh, et des avocats du groupe de défense des droits "Adalah", a rencontré des responsables de l'ONU à Amman, alors que l'Etat hébreu refuse de les laisser entrer sur son sol pour mener l'enquête.

"Il est impossible de traiter de manière juste et rationnelle un régime fondé sur la discrimination raciale selon des critères ethniques", a déclaré Hassan Jabarin, avocat d'Adalah, qui a présenté les conclusions du groupe à l'enquêteur de l'ONU, Navi Pillay, et à son équipe.

La commission d'enquête dirigée par Mme Pillay a été créée lors d'une session spéciale du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, qui s'est tenue en mai dernier pour discuter de la guerre de 11 jours entre le Hamas et Israël.

Elle a été chargée d'enquêter sur "toutes les violations présumées du droit humanitaire international et toutes les violations présumées et abus du droit international des droits de l'homme" en Israël et dans les Territoires palestiniens, y compris Jérusalem-Est.

Si le Conseil a déjà ordonné huit enquêtes sur des "violations" des droits de l'homme dans la région, il s'agit de la première enquête ouverte et de la première à examiner les "causes profondes" de ce conflit.

Cet article a reçu 10 commentaires