Le gazoduc EastMed qui enverrait du gaz israélien en Europe n'est pas viable (responsable US)

i24NEWS

3 min
La sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse après une rencontre avec le président chypriote Nicos Anastasiades au palais présidentiel dans la capitale chypriote Nicosie, le 7 avril 2022.
AP Photo/Petros KaradjiasLa sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse après une rencontre avec le président chypriote Nicos Anastasiades au palais présidentiel dans la capitale chypriote Nicosie, le 7 avril 2022.

Le projet prendrait trop de temps pour offrir une alternative à l'énergie russe

"Un projet de gazoduc destiné à acheminer le gaz naturel des gisements de la Méditerranée orientale vers les marchés européens est trop coûteux, n'est pas économiquement viable et prendra trop de temps pour aider les pays qui cherchent des alternatives au gaz russe dans un avenir proche", a déclaré jeudi une haute diplomate américaine.

La sous-secrétaire d'État américaine Victoria Nuland a affirmé, après s'être entretenue avec le président chypriote Nicos Anastasiades, que les pays de la région avaient compris que la dépendance à l'égard du pétrole et du gaz russes était "un très mauvais pari" après l'invasion de l'Ukraine.

Elle a toutefois précisé que le projet de gazoduc EastMed ne serait pas en mesure de fournir immédiatement le gaz dont l'Europe a besoin pour se sevrer rapidement de l'énergie russe, car il serait construit en eaux très profondes et sa construction prendrait plus de dix ans.

"Et franchement, nous n'avons pas 10 ans, mais dans 10 ans, nous voulons être beaucoup, beaucoup plus écolos et beaucoup plus diversifiés" en matière de sources d'énergie", a ajouté Mme Nuland. "Donc, ce que nous recherchons dans le contexte des hydrocarbures, ce sont des options qui peuvent nous procurer plus de gaz, plus de pétrole pour cette courte période de transition."

Les commentaires de Mme Nuland sont intervenus quelques jours après sa rencontre à Athènes avec le ministre israélien des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, et les principaux diplomates de Grèce et de Chypre.

Après la réunion, elle a tweeté : "Les États-Unis soutiennent fermement la coopération 3+1 - Grèce, Israël, Chypre, + États-Unis".

https://twitter.com/i/web/status/1511327176540438529 ...

Ce post ne peut être affiché car les cookies pour les réseaux sociaux sont désactivés. Vous pouvez les réactiver en cliquant sur .

Israël s'était associé à la Grèce et à Chypre pour construire un gazoduc depuis la Méditerranée orientale, mais le projet est largement au point mort depuis que les États-Unis ont retiré leur soutien en janvier. 

La Turquie, qui a été exclue du projet, a fait valoir ses propres revendications sur les réserves de gaz offshore, ce qui a suscité des tensions régionales.

Cet article a reçu 5 commentaires