Mondial de foot 2022 au Qatar: les appels au boycott émergent

i24NEWS - AFP

2 min
Une bannière appelant au boycott de la Coupe du monde du Qatar 2022
Ina Fassbender / AFPUne bannière appelant au boycott de la Coupe du monde du Qatar 2022

L'ancien attaquant de l'OM pointe notamment "une "aberration écologique" et "une horreur humaine"

Les appels à ne pas suivre la prochaine Coupe du monde de football au Qatar (20 novembre-18 décembre), critiquée sur les droits humains ou l'environnement, commencent à se multiplier à deux mois du coup d'envoi de la compétition, sans rencontrer pour l'heure un écho massif.

Ex-star du football, artistes ou personnalités politiques : tous s'unissent d'une seule voix contre la compétition dans le riche Etat du Golfe.

"Le Qatar, ce n'est pas un pays de football [..]  Ce n'est qu'une question d'argent à mon avis. C'est seulement une histoire d'argent et la manière dont ils ont traité les gens qui construisent les stades, c'est une horreur. Et des milliers de gens sont morts. Et pourtant on fêtera cette Coupe du monde", avait affirmé l'ex-footballeur Eric Cantona en janvier 2022.

Il a haussé le ton mercredi dans un message publié ce mercredi sur Facebook. L'ancien attaquant de l'OM pointe notamment "une "aberration écologique" et "une horreur humaine".

Un journal de l'île française de La Réunion a annoncé tard lundi soir qu'il ferait l'impasse sur le Mondial-2022 de football en raison "des atteintes intolérables à la dignité, aux libertés humaines, aux minorités, à la planète" dans l'organisation du tournoi. "Sans nous", a titré sur fond de stade vide Le Quotidien de La Réunion, l'un des deux journaux régionaux de l'île, en Une de son édition de mardi. C'est la première fois en France qu'un média annonce boycotter cet événement majeur de la planète foot.

L'hexagone va envoyer environ 220 experts sur place - GIGN, lutte anti-drones, déminage ou recherche d'explosifs - pour contribuer à la sécurité de l'événement, dans le cadre d'un accord signé à Doha le 5 mars 2021. 

"Boycotter la Coupe du monde de football en raison de la climatisation des stades du Qatar serait sans effet sur les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique", a estimé, dimanche dernier sur RTL, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Malgré les appels au boycott et l'indignation, aucune des trente-deux fédérations qualifiées n’a envisagé de ne pas envoyer sa sélection nationale. 

Cet article a reçu 13 commentaires