Quantcast i24NEWS - Paris: Miri Regev fait pression sur le Festival du film israélien qui projettera "Foxtrot"

Paris: Miri Regev fait pression sur le Festival du film israélien qui projettera "Foxtrot"

Miri Regev le 21 juin 2015 à Jérusalem
DAN BALILTY (POOL/AFP/Archives)

Le ministre de la Culture, Miri Regev, fait pression sur le ministère des Affaires étrangères pour qu'il retire son soutien financier du Festival du film israélien qui se tiendra à Paris en mai prochain, après avoir découvert que le film "Foxtrot" y serait projeté.

La ministre a dit avoir l'intention "d'informer le Premier ministre afin qu'il ordonne au ministère des Affaires étrangères de ne fournir aucun soutien pour le festival".

Actuellement à Paris, Miri Regev a rencontré l'ambassadrice d'Israël en France, Aliza Ben-Nun, et son équipe pour discuter d'un projet visant à promouvoir les liens culturels entre Israël et la France.

Lors de leur entretien, la ministre de la Culture a appris que "Foxtrot" devait ouvrir le Festival à Paris ce qui "contredit les accords précédents", selon Regev.

Israël ne devrait pas "soutenir un festival qui présente des films qui nous calomnient dans le monde et contiennent de faux contenus sur les soldats de Tsahal et ses citoyens", a déclaré Regev au quotidien israélien Haaretz.

Bien qu'elle a confié de pas avoir vu le film, la ministre a été l'une des premières figures à s'insurger contre le long métrage.

Le réalisateur israélien Samuel Maoz a remporté en septembre dernier le Grand prix du jury pour son film "Foxtrot" à la 74ème Mostra de Venise.

Miri Regev avait aussitôt réagi et fustigé la victoire de "Foxtrot", accusant le film d'œuvrer en faveur du BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

"Ce sont ces films qui permettent au BDS d'avoir le vent en poupe", a-t-elle déclaré.

Le film de Samuel Maoz se déroule dans deux univers en vase clos. Un père est dans son appartement très dépouillé à Tel-Aviv. Son fils, un jeune militaire, surveille avec trois soldats un barrage sur une route boueuse perdue dans un paysage désertique, davantage empruntée par les chameaux que par les hommes.

Commentaires

(1)

Je pense qu'elle fait plus de pub à ce navet qu'autre chose...

8Article précédent#MosqueMeToo: harcèlement sexuel lors du pèlerinage à La Mecque
8Article suivantLes Leffmann ne récupéreront pas "L’acteur" de Picasso, vendu pendant la Shoah