Quantcast i24NEWS - Un ministre d'Oman sur le mont du Temple, rare visite d'un responsable arabe

Un ministre d'Oman sur le mont du Temple, rare visite d'un responsable arabe


Oman et Israël n'ont pas de relations diplomatiques

Le ministre omanais en charge des Affaires étrangères, Youssef ben Alaoui, s'est rendu jeudi sur le mont du Temple (l'esplanade des Mosquées pour les Musulmans), une rare visite de la part d'un responsable arabe au troisième lieu saint de l'islam à Jérusalem.

Oman et Israël n'ont pas de relations diplomatiques. Une telle visite réclame normalement une coordination préalable avec les autorités israéliennes qui contrôlent tous les accès de l'esplanade des Mosquées.

M. Ben Alaoui, qui dirige de facto la diplomatie omanaise depuis de nombreuses années, est arrivé à Jérusalem depuis Ramallah en Cisjordanie, où il a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas.

Pour des raisons historiques et diplomatiques, la Jordanie reste la gardienne de l'esplanade des Mosquées.

La visite de M. Ben Alaoui intervient alors que le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et l'administration américaine de Donald Trump promeuvent avec insistance l'idée d'intérêts communs entre pays arabes et Israël face à l'ascension de l'Iran, à la menace de l'islam radical et à de nouvelles réalités régionales.

Depuis sa création en 1948, seuls deux pays arabes, l'Egypte et la Jordanie, ont signé des traités de paix avec Israël.

Par ailleurs, l'administration Trump est supposée présenter à une date indéterminée un plan pour ranimer l'entreprise de paix moribonde entre Israéliens et Palestiniens.

Les Palestiniens refusent cependant d'accepter les Etats-Unis comme médiateurs depuis l'annonce, le 6 décembre par M. Trump, de la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Les Palestiniens ulcérés voient dans cette rupture avec des décennies de consensus international et le summum d'un parti pris pro-israélien.

Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères et un autre de la police n'ont pas répondu dans un premier temps aux questions sur une coordination de la visite de M. Ben Alaoui avec les autorités israéliennes.

"Il est du devoir des Arabes de visiter la mosquée s'ils le peuvent", a dit M. Ben Alaoui en parlant de la mosquée Al-Aqsa.

Il s'est ensuite rendu au Saint-Sépulcre, haut lieu du christianisme, à quelques centaines de mètres de là.

M. Ben Alaoui, dont le pays joue régulièrement les médiateurs diplomatiques, s'est entretenu avec ses interlocuteurs à Ramallah notamment de la décision américaine sur Jérusalem, a rapporté l'agence officielle d'Oman.

Commentaires

(6)

Ils font rire avec leur tenue débile.

en plus, on voit comme ils sont tous contents d'y être. êtes vous sûr qu'il s'agisse d'un lieu saint pour l'islam ?

comment a-t-il obtenu son visa ?

La tristesse se lit sur leurs visages d être en ce lieu saint dans le contexte actuel de l occupation sioniste...voilà pourquoi ils ne sautes pas de joie

@politi ta remarque est débile effectivement

c'est bien ce que je disais, hako le confirme. Ce n'est pas un lieu saint pour l'islam.

8Article précédentMattis appelle la Turquie à se recentrer sur la lutte contre l'EI
8Article suivantWashington menace Moscou de "conséquences" après une cyberattaque massive