Quantcast i24NEWS - Attentats du 13 novembre: Atar soupçonné d'être le cerveau considéré comme mort

Attentats du 13 novembre: Atar soupçonné d'être le cerveau considéré comme mort

Candles, flowers and messages at a makeshift memorial around the commemorative plaque outside the Bataclan concert hall
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT (AFP/File)

Le djihadiste belgo-marocain, Oussama Atar, considéré comme l'un des principaux commanditaires des attaques du 13 novembre 2015 à Paris, aurait été tué il y a quelques semaines dans la zone irako-syrienne, a rapporté jeudi BFMTV.

Son corps n'a pas été retrouvé mais les services de renseignement français et étranger le considèrent comme mort, selon les mêmes sources.

Les autorités ont recueilli des informations concordantes attestant de sa mort en zone irako-syrienne, sans aucune précision cependant, sur la manière dont le djihadiste de 33 ans aurait été tué.

Ce vétéran du jihad né en 1984, arrêté en 2005 en Irak pour avoir illégalement franchi la frontière entre la Syrie et l'Irak, a été emprisonné dans plusieurs établissements irakiens, dont trois ans dans la fameuse prison d'Abou Ghraib, puis libéré en 2012 et expulsé vers Bruxelles.

De retour en région irako-syrienne, il est soupçonné, sous le pseudonyme d'Abou Ahmad, d’avoir recruté et téléguidé depuis la Syrie au moins quatre membres de la cellule du 13-Novembre, dont deux des trois kamikazes du Stade de France.

Il aurait également fourni des informations aux terroristes de Bruxelles, Najim Laachraoui, Ibrahim et Khalid El Bakraoui et Mohamed Abrini, pour préparer les attentats de l’aéroport de Zaventem et du métro bruxellois qui ont eu lieu le 22 mars 2016.

Selon des documents retrouvés dans un ordinateur leur appartenant, Oussama Atar, était surnommé "l'émir" ou parfois "le chimiste". Il est par ailleurs soupçonné d’être impliqué dans la confection des explosifs utilisés lors des attaques en Belgique.

Depuis décembre 2016, Oussama Atar, cousin des frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui qui se sont fait exploser, avec un troisième kamikaze, lors des attentats de Bruxelles, faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Son propre frère Yassine, arrêté avec deux autres hommes dans le cadre d'une "opération judiciaire antiterroriste", a été inculpé, le 2 juin dernier, dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats du 13-Novembre.

Commentaires

(1)

"Serait mort" Il peut avoir de faux papiers et refaire surface en Europe !

8Article précédentMarion Maréchal-Le Pen à Washington: "Rendre à la France sa grandeur"
8Article suivantGénocide arménien: Ankara condamne "fermement" la reconnaissance par les députés néerlandais