Quantcast i24NEWS - Roger Waters récite un poème palestinien dans un nouveau titre anti-Trump

Roger Waters récite un poème palestinien dans un nouveau titre anti-Trump

British musician Roger Waters closed out the Desert Trip weekend in California with a blistering attack on Donald Trump
Leon Neal (AFP/File)
Il fustige la décision du président US de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël

L'ex-leader des Pink Floyd et critique de longue date d'Israël, Roger Waters, a publié mardi un premier titre intitulé "Supremacy" en signe de protestation contre la décision controversée du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël.

"Après que les reliques soient parties / Oh maître blanc, prenez-vous mon peuple ... et le vôtre?" dit le chanteur accompagné de la musique oud.

Rogers Waters récite des vers du poème intitulé "l'avant-dernier discours de l'Indien rouge à l'homme blanc", écrit par Mahmoud Darwish, considéré comme le poète national palestinien et joué sur la musique du groupe palestinien Trio Joubran, trois frères vivant à Nazareth.

"En surface, la chanson évoque le dernier discours de l'Amérindien à l'homme blanc, mais il parle aussi de la Palestine bien-aimée de Darwish et de son peuple autochtone", a déclaré le militant pro-BDS dans un communiqué.

"En fait, le titre est pertinent pour toutes les victimes du colonialisme," a-t-il ajouté.

"Nous défendrons les arbres que nous portons, nous défendrons la cloche de la nuit et la lune suspendue sur nos huttes, nous défendrons le cerf bondissant et l'argile de nos pots", poursuit-il dans ce qui semble être un référence apparente aux revendications palestiniennes sur les terres contestées.

AP Photo/Nasser Nasser

Trio Joubran et Roger Waters ont enregistré la chanson à Paris et à Londres après la déclaration de Trump le 6 décembre.

Rompant avec des décennies de politique américaine sur le sujet, le président Trump a annoncé le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem, provoquant la colère des Palestiniens et la satisfaction d'Israël.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a exprimé le souhait de voir le président américain Donald Trump assister à l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem le 14 mai.

Ce jour marquera également pour les Palestiniens le jour de la "Nakba" qui signifie "catastrophe."

Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

Rogers Waters est une figure incontournable du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui critique Israël pour ses politiques envers les Palestiniens.

Pendant des années, il a découragé de nombreux musiciens et artistes de se produire dans l'État juif, accusant Israël de "nettoyage ethnique" et le qualifiant de "régime d'apartheid".

Commentaires

(7)

Cela ne mérite que peu de commentaires. Propos incultes et orientés. Vous avez dit colonialisme ? Apprenez l’Histoire au lieu d’ânonner des contre-vérités !

Les israéliens on bien colonisé la Palestine, c est vrai , prk c est des conneries !!!

Très intéressant ces informations. Pauvres gens du pays inventé. On va bientôt pleurer pour ces sanguinaires. Il n'ont qu'à pleurer dans leur pays qui est la Jordanie

un homme à la dérive....

quel rapport entre une pseudo colonisation et la déclaration de Jérusalem comme capitale d'Israël ? avant, on l'appelait capitale de l'état des juifs de palestine. il feint de ne pas comprendre ce roger.

Ce type a si peu d'inspiration qu'il est obligé d'aller pêcher 2 ou 3 jérémiades dans une sous culture.

après avoir fait l'apologie des drogues dures, il soutien activement le terrorisme palestinien. j'irai cracher sur sa tombe.

8Article précédentDépart de Tillerson: les relations Moscou-Washington ne peuvent pas tomber plus bas (Kremlin)
8Article suivant"Je suis entré en politique à cause d'Auschwitz" (ministre allemand des AE)