Quantcast i24NEWS - La Chine en pourparlers avec l'Iran pour la construction de centrales nucléaires

La Chine en pourparlers avec l'Iran pour la construction de centrales nucléaires

FILE - This Jan. 15, 2011 file photo shows the heavy water nuclear facility near Arak.
AP Photo/ISNA, Hamid Foroutan, File

La Chine a exprimé son intention, dans le cadre des pourparlers en cours, d'aider l'Iran à construire plusieurs petites centrales nucléaires à usage civil, a déclaré dimanche un député iranien cité par l'agence de presse Fars.

"Certaines négociations ont été menées sur la coopération mutuelle et la construction de petites centrales nucléaires en Iran par la Chine", a annoncé le député et président du Comité nucléaire du Parlement, Mojtaba Zonnou.

"Les Chinois ont accueilli favorablement la proposition et il a été décidé que la question soit poursuivie à d'autres niveaux (plus élevés)", a ajouté Zonnour.

Ces réacteurs nucléaires seront utilisés dans différents secteurs de l’industrie notamment la construction navale et sous-marine, mais pas dans l’armement, conformément aux termes de l’accord nucléaire - formellement connu sous le nom de "Plan d'action global commun" – conclu en 2015 avec les grandes puissances, selon Fars.

Atta Kenare (AFP/File)

Si le Conseil de sécurité de l’ONU "se félicite du fait que l’Iran réaffirme qu’il ne chercherait en aucun cas à obtenir ou mettre au point ou acquérir des armes nucléaires, il reconnaît aussi le droit de ce pays à recourir à l’énergie nucléaire à des fins pacifiques", ont affirmé les Nations dans un communiqué suivant l’adoption de l’accord.

Cette mesure - censée empêcher l'Iran de se doter de l’arme atomique – est vivement critiquée par le président américain dès son arrivée au pouvoir en 2017, ainsi que par Israël qui, confronté à des menaces répétées de la République islamique, craint pour sa sécurité.

En janvier, Donald Trump a averti que son pays pourrait sortir le 12 mai de ce qu’il a qualifié de l'"un des pires accords de l'histoire", date limite à laquelle son ultimatum lancé aux Européens pour durcir le texte prendra fin. Si les Etats-Unis se retirent, ils devraient alors réimposer contre l'Iran des sanctions économiques actuellement suspendues.

Téhéran est également en coopération avec la Russie concernant la construction de petites centrales nucléaire à usage civil, dans le cadre d’un accord appelé Bushehr Phase II, conclu il y a deux ans entre les deux pays.

Cette annonce sino-iranienne intervient quelques jours après une conférence sur la coopération nucléaire civile entre l’Iran et la Chine à Pékin.

Cet événement s’est tenu dans la capitale chinoise, en présence de hauts-responsables iraniens et chinois dans le domaine du nucléaire, "d’un haut fonctionnaire du ministère chinois des Affaires étrangères et de l'ambassadeur de la République islamique d'Iran à Pékin", a précisé l’agence de presse iranienne IRNA.

Commentaires

(3)

C’est Israël qui va être content en apprenant cette horreur

Ce sont les conséquences du transfert de technologies!!! Merci qui ? Merci la France !!!!

La technologie chinoise en la matière (fissile) n'étant pas des plus sûres, c'est plutôt une bonne nouvelle.

8Article précédentNouveau projet de résolution sur la Syrie, toujours dotée d’armes chimiques selon le Pentagone
8Article suivantLa Russie et la Syrie n'ont pas permis l'accès de la mission de l'OIAC à Douma