Quantcast i24NEWS - USA et pays du Golfe sanctionnent le Hezbollah pour terrorisme, l'Iran s'insurge

USA et pays du Golfe sanctionnent le Hezbollah pour terrorisme, l'Iran s'insurge

Les Etats-Unis et six pays du Golfe réunis au sein du Centre contre le financement du terrorisme (TFTC) ont annoncé mercredi des sanctions contre les dirigeants de l'organisation chiite libanaise Hezbollah, dont son chef Hassan Nasrallah, pour soutien au terrorisme.

Ses sanctions visent en particulier les membres du conseil de la choura, l'organe décisionnaire du mouvement chiite créé en 1982 à l'initiative des Gardiens de la révolution iraniens, ainsi que des sociétés accusées de le financer.

"En visant le conseil de la choura du Hezbollah, nos nations rejettent collectivement la fausse distinction entre une soi-disant 'aile politique' et les desseins terroristes mondiaux du Hezbollah", a affirmé le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, dans un communiqué.

L'Iran a rapidement dénoncé cette décision: "des tireurs d'élite israéliens tirent en une seule journée sur 2000 manifestants palestiniens non armés. La réponse saoudienne, à la veille de #Ramadan, est de collaborer avec son patron américain pour sanctionner la première force ayant libéré un territoire arabe et briser le mythe de l'invincibilité israélienne. Honte à la honte", a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif en référence au Hezbollah.


Le "Parti de Dieu", fidèle allié de l'Iran et ennemi juré d'Israël, est le principal mouvement armé libanais et un poids lourd politique qui a remporté, avec des partis alliés, les dernières élections législatives au Liban le 6 mai.

Il combat en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad et est soupçonné d'armer les rebelles Houthis qui ont pris le contrôle d'une partie du Yémen.

Depuis plusieurs années, Israël tente de mettre en garde la communauté internationale contre le soutien de Téhéran au groupe terroriste, et la formation d'un "croissant iranien" au Moyen-Orient. L'Etat hébreu mène également - à certaines occasions et non-officiellement- des frappes en Syrie contre des dépôts d'armes destinés au Hezbollah.

"Aux ordres de la Force Qods des Gardiens de la révolution, le secrétaire général et chef du conseil de la choura Hassan Nasrallah prolonge les souffrances en Syrie, attise les violences en Irak et au Yémen, met en péril le Liban et sa population, et déstabilise la région entière", a ajouté M. Mnuchin.

SAUL LOEB (AFP/Archives)

Les Etats-Unis ont placé le Hezbollah sur leur liste d'organisation terroriste et lui impose, ainsi qu'à ses cadres, des sanctions économiques et bancaires. Depuis 2013, l'Union européenne considère aussi la branche armée du mouvement comme une organisation terroriste.

En 2016, les six pétromonarchies sunnites du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman) et la Ligue arabe ont également classé le Hezbollah chiite comme "terroriste".

Le TFTC a été créé en mai par les Etats-Unis et l'Arabie saoudite et comprend les autres pays du Conseil de coopération du Golfe. Cette structure régionale a vocation à lutter contre le financement du terrorisme en identifiant les réseaux de financement, en repérant les menaces et en adoptant des mesures communes de représailles.

Commentaires

(1)

Eh oui. L'étau se resserre et ça fait mal,très mal...

8Article précédentLes USA et les pays arabes du Golfe sanctionnent le Hezbollah pour terrorisme
8Article suivantPour la Suisse, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens pose "problème"