Quantcast i24NEWS - Immobilier: la famille Kushner en négociations avec une société liée au Qatar

Immobilier: la famille Kushner en négociations avec une société liée au Qatar

Jared Kushner has become one of the most powerful men in Washington, as a trusted adviser to the US president with a broad portfolio of responsibilities
AFP

L'entreprise familiale de Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump pour le Moyen-Orient, est en négociations avancées avec une entreprise partiellement détenue par le Qatar, une source potentielle de conflit d'intérêt, selon le New York Times.

Il s'agit de renflouer un gratte-ciel de la 5e Avenue à New York.

La tour de 41 étages, située au 666 Fifth Avenue, au coeur de Manhattan, est depuis plusieurs années en difficultés financières: achetée par Kushner Companies pour un record de 1,8 milliard de dollars en 2007, juste avant la crise financière, l'immeuble est en partie vacant et génère des revenus très inférieurs aux remboursements de ses emprunts immobiliers.

Selon le quotidien new-yorkais, qui cite jeudi des sources immobilières anonymes, le père de Jared Kushner, Charles Kushner, serait proche de signer un accord de partenariat avec la société canadienne Brookfield Properties.

Or la Qatar Investment Authority, fonds souverain du gouvernement qatari, est actionnaire de Brookfield Properties à hauteur de 7%, selon le rapport annuel 2017.

Dans le cadre de cet accord, Brookfield reprendrait les 49,5% détenus par le partenaire actuel des Kushner, Vornado Realty Trust, et fournirait l'argent nécessaire pour moderniser l'immeuble.

Kushner Companies n'a pas réagi dans l'immédiat.

Dans un entretien à la chaine CNN fin avril, Charles Kushner avait indiqué être "proche d'un accord" pour renflouer la tour, sans autres détails.

Jared Kushner, mari de la fille aînée du président Ivanka, est dans le collimateur du procureur spécial Robert Mueller --chargé de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle aux Etats-Unis-- pour ses tentatives d'attirer des capitaux étrangers, notamment russes et chinois, dans son entreprise lors de la période de transition présidentielle.

Le groupe d'assurances chinois Anbang, passé en février sous le contrôle de l'Etat chinois, avait un temps été sur les rangs pour renflouer l'immeuble de la 5e Avenue, suscitant déjà à l'époque des questions sur de possibles conflits d'intérêt.

Mais ce projet, qui impliquait un partenariat avec le milliardaire qatari Hassam ben Jassim al-Thani et prévoyait la construction d'un nouvel immeuble à la place de la tour actuelle, a tourné court il y a un an, précisément en raison des critiques de conflits d'intérêt qu'il avait suscitées.   

Depuis, Jared Kushner - qui a démissionné de l'entreprise familiale après sa nomination comme conseiller de la Maison Blanche - a vendu une partie de ses avoirs dans la société à un fonds contrôlé par sa mère, y compris sa participation dans 666 Fifth Avenue, selon le New York Times. 

Commentaires

(4)

Aller c'est parti on va leur chercher des poux. Est-ce qu'ils doivent arrêter toute activité ?

de toutes les façons le qatar possède tout. forcé que tout homme d'affaire doive un jour ou l'autre négocier avec...

Je ne vois pas quel probleme il y a de faire des affaires avec des quatarri

Blablabla

8Article précédentSi la Corée du Nord veut une rencontre, "nous y serons" (Maison Blanche)
8Article suivantPoutine et Assad plaident pour la reprise du "dialogue politique" en Syrie