L'ONU se réunit en session extraordinaire pour décider de l'envoi d'enquêteurs internationaux à Gaza

i24NEWS - AFP

3 min
Conseil des droits de l'Homme de l'ONU
Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU se réunit vendredi en session extraordinaire pour décider de l'envoi d'enquêteurs internationaux après la mort de dizaines de Palestiniens lors de heurts avec l'armée israélienne à la frontière de la bande de Gaza.

Le projet de résolution, présenté devant le Conseil par le Pakistan au nom de l'Organisation de la Coopération Islamique et sur lequel les 47 Etats membres de l'ONU vont se prononcer, demande l'envoi en "urgence d'une commission d'enquête internationale indépendante".

Cette réunion extraordinaire a été demandée un peu plus tôt cette semaine par "la Palestine et les Emirats arabes unis, au nom des pays arabes", a informé l'ONU.

Elle a été soutenue par 51 pays dont, outre les pays arabes, la Chine, la France, le Brésil, la Suède, la Belgique, l'Irlande, la Suisse, l'Iran, l'Afrique du Sud, le Nigeria, le Mexique, le Portugal ou encore l'Espagne.

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al Hussein, doit prendre la parole à 10H00 (08H00GMT).

Fabrice COFFRINI (AFP)
Fabrice COFFRINI (AFP)UN High Commissioner for Human Rights Zeid Ra'ad Al Hussein urged Indonesia to halt growing discrimination against the LGBT community

Les 47 Etats membres du Conseil débattront ensuite du projet de résolution qui demande à l'ONU d'enquêter sur "toutes les violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire à Jérusalem-Est et Gaza dans le contexte des assauts militaires menés lors des grandes manifestations civiles qui ont commencé le 30 mars 2018".

Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza se rassemblent depuis le 30 mars près de la frontière pour la "Marche du retour", qui revendique le droit des Palestiniens à retourner sur les terres correspondant à la "Palestine" avant la création d'Israël en 1948.

Près de 60 manifestants palestiniens ont été tués et 2.500 autres ont été blessés par les forces israéliennes qui justifient l'usage de la force contre les manifestants par la nécessité de défendre la barrière de sécurité et d'empêcher l'infiltration de Palestiniens.

Ces protestations ont également coïncidé avec l'inauguration lundi à Jérusalem de l'ambassade des Etats-Unis en Israël.

Cet article a reçu 1 commentaires