Quantcast i24NEWS - Réactions suite au retrait US du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Réactions suite au retrait US du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Alors que les Etats-Unis ont annoncé mardi leur retrait du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, accusant l'institution basée à Genève d'"hypocrisie" et de parti pris contre Israël, plusieurs organisations de défense des droits humains ont aussitôt dénoncé cette décision.

Le premier concerné, le Conseil des droits de l’homme, a exprimé sur Twitter une nouvelle "décevante, mais pas vraiment surprenante", ajoutant que "compte-tenu de la situation des droits de l’homme dans le monde, les Etats-Unis devraient intensifier [leur implication] plutôt que de reculer".

L’organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), a elle vivement critiqué ce nouveau repli américain, publiant un communiqué en réponse à ce retrait des Etats-Unis.

Le Conseil des droits de l'homme a "joué un rôle important dans des pays comme la Corée du Nord, la Syrie, la Birmanie et le Soudan du Sud", a dit le patron de l'ONG Kenneth Roth, poursuivant "mais Donald Trump n'est intéressé que par la défense d'Israël".

Le Conseil "est loin d'être parfait, mais il est une force importante pour la reddition de comptes et la justice. En se retirant, les Etats-Unis sapent délibérément les droits de l'homme de tous les peuples partout dans le monde et leurs luttes pour la justice", a de son côté critiqué Salil Shetty, le secrétaire général d'Amnesty International.

Coup de massue russe

La diplomatie moscovite à de son côté dénoncé mercredi le "cynisme grossier" des Etats-Unis et leur "mépris" envers les Nations Unies après leur retrait du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, qualifié de décision "erronée".

"Les Etats-Unis ont une nouvelle fois porté un grave coup à leur réputation de défenseurs des droits de l'Homme, ils ont montré leur mépris (...) pour l'ONU et ses structures", a déclaré lors d'une conférence de presse la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

ALEXANDER NEMENOV (AFP/Archives)

Mme Zakharova a ensuite dénoncé "le grossier cynisme de [ses] collègues américains qui refusent obstinément de reconnaître l'existence de graves problèmes pour les droits de l'Homme dans leur propre pays", les accusant d'avoir voulu "modeler la structure du CDH selon leurs intérêts".

Le CDH doit "être au service de tous les Etats membres, pas d'un seul pays", a-t-elle martelé, ajoutant que le retrait américain "n'avait pas été une surprise" pour la Russie.

Accusant les Etats-Unis de "tenter d'imposer aux autres pays du monde une version particulière aux Américains des droits de l'Homme", elle a affirmé que le CDH avait déjà travaillé "efficacement" sans les Etats-Unis.

Victoire israélienne

Au sein de l’Etat hébreu, le Premier ministre s’est lui réjoui du choix des Américains. Benyamin Netanyahou a remercié le président Trump, le secrétaire d’Etat Pompeo et l’ambassadrice Haley pour "leur courageuse décision contre l’hypocrisie et les mensonges de l’auto-proclamé Conseil des droits de l’homme".

"Pendant des années, le UNHRC s'est avéré être une organisation biaisée, hostile, et anti-israélienne qui a trahi sa mission de protection des droits de l'homme", dit le communiqué du Premier ministre israélien.

"Au lieu de se préoccuper des régimes qui violent systématiquement les droits de l'homme, le UNHRC s'est concentré de manière obsessionnelle sur Israël, la seule véritable démocratie du Moyen-Orient", ajoute le texte. "La décision américaine de quitter cet organisme préjudiciable est une déclaration sans équivoque démontrant que la situation a assez duré".

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon s'est quant à lui réjoui de ce retrait et a remercié les Etats-Unis pour leur refus "de la haine aveugle à l'égard d'Israël dans les institutions internationales".

Selon le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres a de son côté simplement indiqué qu'il "aurait préféré que les Etats-Unis restent au Conseil des droits de l'homme".

Commentaires

(4)

Les pays qui n’approuvent pas la décision américaine,il. Ou ils sont sourd ou aveugles ou île détestent l’état d’Israël

Bravo Trump! Bien faire et laisser braire !

Comme si les droits de l'Homme progressaient dans cette instance d'hypocrites...

il y a quelques semaines, certains membres d'ong ont été convaincus de proxénétisme, de viol et de pédophilie. comme donneurs de leçons, on peut trouver mieux.

8Article précédentWashington claque la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour son "hypocrisie" envers Israël
8Article suivantRoman Abramovitch aide des enfants israéliens malades à participer à la Coupe du monde