Quantcast i24NEWS - Lieberman fustige l'Irlande: "nous devrions fermer notre ambassade à Dublin"

Lieberman fustige l'Irlande: "nous devrions fermer notre ambassade à Dublin"

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman à Washington aux États-Unis, le 26 avril 2018
Brendan Smialowski (AFP/Archives)

"Israël devrait immédiatement fermer son ambassade à Dublin", a réagi jeudi le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, après le vote mercredi en faveur du projet de loi irlandais interdisant le commerce avec les implantations israéliennes en Cisjordanie.

"Il est inutile de convoquer l'ambassadrice irlandaise en Israël, nous n'avons rien à dire à ceux qui nous oppressent", a-t-il poursuivi dans un tweet, avant d'ajouter que "nous ne tendrons pas l'autre joue à ceux qui nous boycottent".

L'ambassadrice d'Irlande en Israël, Alison Kelly, a été convoquée au ministère israélien des Affaires étrangères pour jeudi matin, après que les sénateurs irlandais ont adopté la proposition de loi - votée par 25 sénateurs, contre 20 - rendant passible de poursuites toute importation en provenance d'implantations israéliennes.

"C'est une initiative que nous ne pouvons pas accepter", a réagi Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, sur i24NEWS.

"On a l'impression que le Sénat irlandais souhaite en fait remplacer les négociations avec les Palestiniens en nous imposant des solutions et cela par un boycott qui est immoral et inacceptable", s'est-il insurgé. "Nous ferons tous les efforts possibles pour que ce texte ne devienne pas réalité (...) Si jamais par malheur cela devient une loi irlandaise cela montrerait à quel point l'Irlande est anti-israélienne."

i24NEWS

L'Etat hébreu avait immédiatement réagi en condamnant un vote qui vient en soutien d'"une initiative de boycott d'Israël populiste, dangereuse et extrémiste", dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, affirmant envisager "une réponse en conformité avec les développements concernant cette législation".

Le texte doit maintenant être examiné par un comité parlementaire, avant d'être éventuellement présenté aux députés irlandais. S'il est adopté, l'Irlande serait le premier pays de l'Union européenne à bannir le commerce en provenance des implantations israéliennes.

"L'interdiction d'entrée en Israël pour les partisans du boycott ne dissuadera pas l’opposition irlandaise de se prononcer en faveur d’un projet de loi interdisant le commerce avec les implantations israéliennes", a déclaré mercredi le député irlandais Niall Collins lors d’une interview accordée à i24NEWS.

L'année dernière, les autorités israéliennes ont en effet reçu l’autorisation de refuser l'entrée sur le territoire des citoyens étrangers qui "appellent publiquement au boycott d'Israël". De nombreux partisans du boycott contre Israël se sont vus d'ailleurs refuser des visas en vertu de cette loi ou ont été expulsés lors de leur arrivée à l'aéroport Ben Gurion.

Mais le gouvernement irlandais est fermement opposé au projet de loi adopté par les sénateurs, faisant notamment valoir que cela enfreindrait les règles communes européennes en instaurant une barrière commerciale au sein du marché unique et pourrait nuire à l'influence irlandaise dans la région.

Actuellement, l'UE autorise simplement ses Etats membres à identifier les produits en provenance des implantations israéliennes.

Commentaires

(0)
8Article précédent"Je crois en l'Otan" (Trump)
8Article suivant"Nous n'avons eu aucun problème avec le régime d'Assad" (Netanyahou)