Quantcast i24NEWS - L'Iran accuse les Etats-Unis de chercher à "intimider" la Turquie

L'Iran accuse les Etats-Unis de chercher à "intimider" la Turquie

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a exclu samedi une rencontre entre Iraniens et Américains après le rétablissement des sanctions par les Etats-Unis contre Téhéran.

C'est la première fois que l'Iran rejette de manière aussi explicite une offre de dialogue proposée par le président Donald Trump.

Interrogé par l'agence Tasnim, proche des conservateurs, sur une possible rencontre avec le secrétaire d'Etat Mike Pompeo ou avec des responsables américains en marge de la prochaine assemblée générale de l'ONU en septembre, M. Zarif a dit: "Non, il n'y aura pas de rencontre".

M. Trump et le président iranien Hassan Rohani seront présents à cette assemblée.

"Sur la récente proposition de Trump (sur des discussions), notre position officielle a été annoncée par le président et par nous. Les Américains ne sont pas honnêtes et leur addiction aux sanctions ne permet aucune forme de négociation", dit le ministre iranien à l'agence de presse.

"Intimider" la Turquie

M. Zarif est par ailleurs intervenu samedi dans la querelle grandissante entre la Turquie et les Etats-Unis.

"La jubilation éprouvée (par le président américain Donald Trump) en imposant des difficultés économiques à la Turquie, son allié de l'OTAN, est honteuse", a écrit le chef de la diplomatie iranienne sur Twitter.

"Les Etats-Unis doivent apprendre à maîtriser leur addiction aux sanctions et à l'intimidation ou le monde entier se réunira et, au-delà des condamnations verbales, les y forcera".

"Nous avons déjà soutenu nos voisins auparavant, et nous continuerons à les soutenir aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Donald Trump a annoncé vendredi une forte augmentation des taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium turcs, au moment où Washington et Ankara sont embourbés dans une grave crise diplomatique au sujet d'un pasteur américain, Andrew Brunson, détenu en Turquie.

Ces tensions ont provoqué la chute de la livre turque, enregistrant vendredi une baisse de 16% sur la journée, son plus bas historique.

Commentaires

(0)
8Article précédentLes relations Turquie/Etats-Unis en danger, selon Erdogan
8Article suivantL'Iran veut récupérer son stock d'uranium enrichi à la Russie