Quantcast i24NEWS - Les relations Turquie/Etats-Unis en danger, selon Erdogan

Les relations Turquie/Etats-Unis en danger, selon Erdogan

US President Donald Trump and Turkish counterpart President Recep Tayyip Erdogan
Brendan Smialowski, Gianluigi GUERCIA (AFP/File)

La coopération entre la Turquie et les Etats-Unis est menacée, a assuré samedi le président turc Recep Tayyip Erdogan, prévenant la Maison Blanche qu'il allait se tourner vers de "nouveaux alliés" si elle est continuait de lui "manquer de respect".

Les relations entre les deux alliés au sein de l'Otan ont atteint leur plus bas depuis des décennies ces dernières semaines avec notamment l'affaire de la détention en Turquie du pasteur américain Andrew Brunson, prélude à une série de sanctions.

Dans le cadre de mesure de rétorsions allant crescendo, le président américain Donald Trump a décidé vendredi de doubler les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium turc, accélérant ainsi la chute de la devise turque, qui a perdu vendredi 16% face au billet vert.

Dans le New York Times, M. Erdogan a prévenu Washington des conséquences de ces mesures qui pourraient pousser Ankara à trouver de "nouveaux amis et de nouveaux alliés".

"A moins que les Etats-Unis ne commencent à respecter la souveraineté de la Turquie et prouvent qu'ils comprennent les dangers auxquels notre nation est confrontée, notre partenariat pourrait être en danger", affirme le président turc.

"Un échec à renverser la tendance actuelle à l'unilatéralisme et au manque de respect va nous pousser à chercher de nouveaux amis et de nouveaux alliés", ajoute-t-il.

Dans un tweet annonçant l'augmentation des tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium turc, Donald Trump avait d'ailleurs noté: "Nos relations avec la Turquie ne sont pas bonnes en ce moment".

Face à la chute de la livre, le président Erdogan a dénoncé vendredi une "guerre économique" et appelé la population turque à la "lutte nationale" en échangeant ses devises étrangères.

Commentaires

(4)

Bravo mr erdogan.

Le ton pleurnichard d'Erdogan qui demande "qu'on le respecte" fait peine à voir, on dirait que l'on regarde "Le Parrain"... Comme il adore la posture victimaire, il oublie de parler de son "otage" américain qui aurait dû être libéré depuis un moment; mais comme il a préféré l'arrogance et l'entêtement, le voilà remis à sa place... De plus, son culot monstre le pousse à menacer de se trouver de "nouveaux alliés" alors qu'il fait partie du camp de la Russie et de l'Iran, et qu'il conduit son pays vers une dictature islamiste aussi dure et verrouillée que celle des mollahs... Il reste peut-être dans l'UE, quelques pays qui soutiendraient la candidature de la Turquie pour en faire partie, mais, apparemment, pour lui, les carottes sont cuites... Quant à ceux qui le félicitent pour son attitude suicidaire, leur cas est désespéré, le rouleau compresseur TRUMP risque de lui faire très mal; finie la belle époque d'Obama le laxiste nombriliste....

Après l’appel pathétique du président turque pour que le peuple dépose les devises et l’or qui se trouvent dans les bas de laine,la relaction ne c’est pas fait attendre les turque se sont séparés de la monna National ( la livre) AU PROFIT DU DOLLARD ET DE L’EURO

Jamais. L’Europe a trop besoin de lui. Les usa et l’OTAN aussi. Il est un garde fou contre les terroristes de daech Il a plusieurs millions de réfugiés syrien sur son sol. Il pourrait ouvrir les vannes et inonder l’Europe

8Article précédentMacron s'entretient avec Trump de la Syrie, de l'Iran et du dossier israélo-palestinien
8Article suivantL'Iran accuse les Etats-Unis de chercher à "intimider" la Turquie