Quantcast i24NEWS - Etats-Unis: le Hezbollah désigné comme organisation transnationale criminelle

Etats-Unis: le Hezbollah désigné comme organisation transnationale criminelle

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a désigné mardi cinq organisations, dont le Hezbollah, comme étant des organisations transnationales criminelles contre lesquelles les Etats-Unis vont mener des enquêtes approfondies et engager des poursuites, a rapporté mardi l'agence Reuters.

"Une équipe spéciale de procureurs expérimentés dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme, le crime organisé et le blanchiment d'argent va enquêter sur des individus et réseaux soutenant le Hezbollah", a affirmé Jeff Sessions.

Les quatre autres groupes cités sont liés au trafic de drogue en Amérique latine.

Cette annonce intervient deux jours après le vote par le Sénat américain de deux lois renforçant les sanctions contre le Hezbollah. 

A la mi-août, un ancien chef du Mossad, Tamir Pardo, avait affirmé dans une interview publiée par le quotidien israélien "The Jerusalem Post", qu'il n'était plus possible de vaincre militairement le Hezbollah mais qu'il faut imposer des sanctions au Liban, comme les États-Unis le font avec l’Iran.

"Il serait dix fois plus facile de limiter la menace que représente le Hezbollah en appliquant des sanctions, que cela ne l'est avec l'Iran. Et si le président Trump (imposait de telles sanctions) maintenant, l'impact serait plus important qu'il ne l'est actuellement sur la question du nucléaire iranien", avait affirmé cet ancien haut gradé du renseignement israélien, qui était en poste de 2011 à 2016. 

Lors de discours prononcés en septembre dernier, à l'occasion des célébrations religieuses de l'Achoura, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait à plusieurs reprises fustigé les Etats-Unis et dénoncé les pressions subies par le parti chiite.

"Le Hezbollah fait l'objet de pressions. C'est plutôt une menace psychologique qu'une véritable menace. Ceux qui conspirent contre notre région, comme Israël, les Etats-Unis et leurs alliés, ne reconnaîtront pas notre victoire. Ils ont échoué dans la guerre militaire contre nous, alors ils essaient de nous frapper de l'intérieur", avait-il dénoncé. 

Commentaires

(6)

L’argent c’est le nerf de la guerre et ça va faire très très mal rambo

Au moins un rat qui fait rire

Décidément il veut pas sortir sa tête sa doit pas sentir la rose dans son trou à rat

quand l'argent manquera, mélanchon pourvoira.

THE CAT

Certes c’est mieux d’attendre ! Et tant pis pour les sous Turcs pour ce qu’ils valent aujourd’hui ! Ruth

8Article précédentAmbassade/Jérusalem: critiquée par des pays musulmans, Canberra semble rétro-pédaler
8Article suivantSyrie: une centaine de combattants étrangers rallie chaque mois l'EI (général US)