Quantcast i24NEWS - Elysée: rencontre cordiale sur la défense européenne entre Macron et Trump

Elysée: rencontre cordiale sur la défense européenne entre Macron et Trump

French President Emmanuel Macron, right, and U.S President Donald Trump thumb up at the Elysee Palace in Paris, Saturday, Nov.10, 2018. Trump is joining other world leaders at centennial commemorations in Paris this weekend to mark the end of World War I.
AP Photo/Thibault Camus

"Je suis très heureux de recevoir le président Trump, nous célèbrons l'amitié entre nos peuples, nos armées", a déclaré le président français Emmanuel Macron avant un entretien bilatéral entre les deux dirigeants à l'Elysée, à la veille des célébrations du 11-Novembre.

Le président américain est arrivé à 11 heures précises samedi dans la cour de l'Elysée où l'attendait son homologue français. Les deux hommes ont prononcé quelques mots devant la presse avant de se retrancher pour un tête à tête.

"Je partage l'avis du président Trump: nous avons besoin de partager le financement de notre défense", a affirmé Macron, et "nous devons mieux partager le fardeau au sein de l'Otan", a-t-il encore précisé.

"J'apprécie ce que vous dites, ce n'est pas juste que la sécurité européenne soit uniquement financée par les Etats-Unis", a de son côté répondu Trump.

Ces remarques cordiales interviennent après que Donald Trump a attaqué bille en tête Emmanuel Macron dès son atterrissage en France vendredi soir.

"Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie", a-t-il furieusement tweeté au moment même où Air Force One atterrissait près de Paris.

"Très insultant mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'OTAN que les Etats-Unis subventionnent largement!", a-t-il ajouté.

Il faisait référence aux déclarations mardi d'Emmanuel Macron, qui a appelé de ses voeux la création d'une "véritable armée européenne" pour mieux protéger le Vieux Continent.

Mais "l'armée européenne" prônée par Emmanuel Macron ne visait pas les Etats-Unis, a déclaré la présidence française samedi matin, évoquant une "confusion" dans l'interprétation des propos du président français qui ont déclenché la fureur de Donald Trump.

Dans cet entretien, M. Macron avait successivement évoqué les menaces pour l'Europe d'intrusions dans le cyberespace, puis le retrait américain annoncé du traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire (INF), conclu à l'époque de la Guerre froide.

"Je comprends que l'enchaînement des sujets dans l'interview puissent créer de la confusion mais ce sont bien deux sujets différents, le traité INF et ce sujet d'une force de défense des Européens où il y a des travaux en cours", a souligné samedi la présidence française auprès de la presse.

Emmanuel Macron "n'a jamais dit qu'il fallait créer une armée européenne contre les Etats-Unis", a-t-on ajouté.

Déjeuner avec Melania

Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l'incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.

Plus largement, cette saillie illustre les désaccords politiques profonds qui opposent les deux hommes, sur l'environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales, et d'une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle M. Macron défend le multilatéralisme, honni par M. Trump.

M. Macron a d'ailleurs organisé dimanche un grand forum international sur la gouvernance mondiale qui, schématiquement, servira de tribune en faveur du multilatéralisme, et donc, en creux, à dire du mal de la politique étrangère américaine de M. Trump.

Ce dernier sera d'ailleurs absent de cette enceinte, préférant se rendre au cimetière américain de Suresnes, près de Paris.

Après la rencontre, la Première dame américaine Melania Trump arrivera vers 11H00 GMT et les deux couples présidentiels déjeuneront ensemble à l'Elysée avant de se séparer pour l'après-midi.

Le président américain devrait se rendre dans le nord de la France au cimetière américain du Bois Belleau, tandis que M. Macron prendra le chemin d'une clairière près de Compiègne, au nord de Paris, pour y retrouver la chancelière Angela Merkel pour une cérémonie très symbolique.

C'est ici que le 11 novembre 1918 fut signé dans un wagon restaurant l'armistice scellant la fin de la Première Guerre mondiale, qui fit 18 millions de morts.

Le palais de l'Elysée souligne que "c'est la première fois depuis 1945" que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontrent dans la clairière de l'Armistice.

SAUL LOEB (AFP)

"Valeur de la réconciliation"

Les deux dirigeants déposeront une gerbe et dévoileront une nouvelle plaque au pied du monument la +Dalle sacrée+, au milieu de la clairière, sur laquelle on peut lire +Ici le 11 novembre 1918 succomba le criminel orgueil de l'empire allemand vaincu par les peuples libres qu'il prétendait asservir+".

La nouvelle inscription sera, elle, beaucoup moins martiale: "A l'occasion du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Francaise, et Madame Angela Merkel, Chancelière de la République Fédérale d'Allemagne, ont réaffirmé ici la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de l'Europe et de la paix".

Dans la soirée, les Macron, Trump, Merkel, et plusieurs autres dignitaires se retrouveront au Musée d'Orsay à Paris, pour une visite de l'exposition consacrée à Picasso et un dîner protocolaire sur place, avant la grande cérémonie de dimanche matin sous l'Arc de Triomphe, point d'orgue des commémorations.

(avec AFP)

Commentaires

(4)

macron a baissé pantalon devant le grand Trump . Fini le rêve d une armée européenne .

Pour une armée européenne il faut d’abord l’accord de l’Allemagne. Trump n’a rien à y voir..

En language diplomatique, on dit que la rencontre fut “fraîche et cordiale “. Traduisez ainsi: “ils se sont abondamment insultés avant de tenter d’en venir aux mains.”

il a tort de jouer le grand avec Trump ,ya pas photo il a l' air d'un gamin à côté qui attend les ordres de son grand frère et semble être sous sa protection.

8Article précédentElysée: rencontre cordiale sur la défense européenne entre Macron et Trump
8Article suivant14-18: Trump annule la visite d'un cimetière américain en raison du mauvais temps