Quantcast i24NEWS - Tchad: 3 morts et 56 blessés dans deux attentats suicides

Tchad: 3 morts et 56 blessés dans deux attentats suicides

Des gendarmes tchadiens sur le lieu d'une attaque des islamistes de Boko Haram à N'Gouboua, près du lac Tchad, au Tchad le 6 avril 2015
Philippe Desmazes (AFP/Archives)
La première attaque a visé la localité de Guié; la deuxième a eu lieu dans le village de Miterine

Deux attentats suicides ont fait dimanche trois morts et 56 blessés dans deux localités tchadiennes de la région du lac Tchad, cible régulière d'attaques des islamistes nigérians de Boko Haram, a-t-on appris dimanche de source sécuritaire.

La première attaque a visé la localité de Guié, où un kamikaze circulant à moto s'est fait exploser, tuant une personne et en blessant 32, a indiqué à l'AFP un officier des services de sécurité sous couvert d'anonymat. Un deuxième attentat suicide a fait deux morts et 24 blessés dans le village de Miterine, a ajouté cette source.

La région du lac Tchad est placée sous le régime de l'état d'urgence pour tenter de contrer les attaques de Boko Haram, qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI), et qui a fréquemment recours aux attentats suicides, au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Ces attaques sont de plus en plus souvent perpétrées par des adolescentes ou des femmes.

Les marchés, lieux de vie par excellence sur le continent africain, sont régulièrement pris pour cible.

Pour contrer les kamikazes, le Tchad a interdit le port du voile intégral sur l'ensemble de son territoire, ce vêtement servant régulièrement à dissimuler des ceintures d'explosifs.

Au Cameroun voisin, les autorités ont aussi banni le port du voile intégral dans plusieurs régions.

Depuis que les islamistes nigérians ont commencé à attaquer le territoire camerounais en 2013, quelque 1.200 personnes - dont 67 militaires et trois policiers - ont été tuées dans des attaques et des attentats dans la région de l'Extrême-Nord, selon un bilan publié début janvier par le gouvernement camerounais.

Au Nigeria, l'insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

(avec afp)

Commentaires

(0)
8Article précédentCentrafrique: l'ONU pointe cinq pays accusés dans des scandales sexuels
8Article suivantL'UA renonce à déployer une force au Burundi dans l'immédiat