Maroc: interview exclusive avec le responsable de la restauration du cimetière juif de Fès

Mohammed Alami

Journaliste Web

2 min
Cimetière juif de Fès, Maroc
Mohammed Alami/i24NEWSCimetière juif de Fès, Maroc

"Il y a trois synagogues dans le cimetière, datant de la fin du 19e siècle"

L'architecte marocain et responsable bénévole de la restauration du cimetière juif de Fès, Henri Cohen s'est exprimé dans une interview exclusive à i24NEWS, un an après la reprise des relations diplomatiques entre Israël et le Maroc.

"Le cimetière juif de Fès a été restauré et embelli, avec l’initiative de Sylviane et d'Elie Devico depuis 2015, mais cette restauration n’aurait pu voir le jour sans les généreux donateurs. Un grand nombre de Juifs ont contribué au projet en faisant don d'importantes sommes d'argent. Environ 300.000 dollars ont été récoltés jusqu'à présent", a déclaré Henri Cohen.

M. Cohen a révélé à i24NEWS qu'il y avait "trois vieilles synagogues dans le cimetière de Fès, datant de la fin du 19 siècle et du début du 20 siècle".

"La première synagogue est la synagogue de Vidal ha Serfaty, qui était un sanctuaire dans lequel les gens venaient dans le passé, puis nous l'avons adapté à la prière et aux visites du public," a-t-il dit. 

"La deuxième synagogue, Raphaël Abensour, sert aussi de musée car elle renferme des objets historiques rares, des images et des livres. La route qui mène à l'intérieur du cimetière était difficilement praticable, mais nous l'avons reconstruite pour faciliter l'accès à la synagogue," a-t-il poursuivi.

"La troisième synagogue est Haim Cohen, a été fermée pendant des années, elle était en mauvais état, avant d'être complètement restaurée," a-t-il expliqué.

Au cimetière de Fès, qui compte environ 22.000 tombes, des personnalités historiques, politiques et religieuses juives marocaines, y sont enterrés dont des rabbins, des juges et des notaires.

"Une tombe 'surprenante' a été trouvée lors des fouilles et de la restauration, portant une plaque de marbre écrite en hébreu, avec le nom d'Eliyahu Monsonico, datant de 149 ans, alors que le cimetière date d'il y a 124 ans", a déclaré Henri Cohen.

"De nombreux juifs marocains aimeraient retourner au Maroc, s'y installer et monter des projets dans divers domaines," a-t-il conclu.