Les "crimes hideux de la colonisation ne seront pas oubliés" (président algérien)

AFP

3 min
Jeudi 19 décembre 2019, le président algérien Abdelmadjid Tebboune prononce un discours lors d'une cérémonie d'investiture au palais présidentiel, à Alger, en Algérie.
AP Photo/Toufik DoudouJeudi 19 décembre 2019, le président algérien Abdelmadjid Tebboune prononce un discours lors d'une cérémonie d'investiture au palais présidentiel, à Alger, en Algérie.

M. Macron présidera une cérémonie samedi à l'Elysée pour le 60e anniversaire des accords d'Evian

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a affirmé vendredi à l'occasion du 60ème anniversaire des accords d'Evian que le dossier mémoriel devrait être abordé d'une manière "équitable", ajoutant que les "crimes" de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription.

Les accords d'Evian, signés le 18 mars 1962, ont instauré dès le lendemain un cessez-le-feu entre armée française et indépendantistes algériens, ouvrant la voie à l'indépendance de l'Algérie après 130 années de colonisation, dont huit d'une sanglante guerre.

"Le dossier mémoriel doit inévitablement être traité d'une manière responsable et équitable dans un climat de franchise et de confiance", a déclaré M. Tebboune dans un message diffusé par la présidence à l'occasion de cet anniversaire, célébré en Algérie le 19 mars comme une "fête de la Victoire".

Il a toutefois estimé que les "hideux crimes de la colonisation ne seront pas oubliés et ne sauraient être frappés de prescription".

M. Tebboune a rappelé que l'Algérie réclamait toujours de "récupérer les archives (de la période coloniale), des informations sur le sort des disparus de la glorieuse guerre de libération et des dédommagements pour les victimes des essais nucléaires", auxquels la France a procédé entre 1960 et 1966 dans le Sahara algérien.

Emmanuel Macron, premier président français né après la guerre d'Algérie a entrepris un travail de mémoire inédit sur cette guerre, souvenir douloureux pour des millions de Français, dont de nombreux d'origine algérienne.

Mais le rapport de l'historien Benjamin Stora, remis en janvier 2021 et sur lequel M. Macron s'appuie pour sa politique mémorielle, ne préconise ni excuses ni repentance et a été vivement critiqué en Algérie.

En visite à Alger en février 2017 lorsqu'il était candidat à la présidence, M. Macron avait qualifié la colonisation de l'Algérie de "crime contre l'humanité" et de "vraie barbarie".

M. Macron présidera une cérémonie samedi à l'Elysée pour le 60e anniversaire des accords d'Evian et du cessez-le-feu en Algérie, avec un souci "d'apaisement" des mémoires et de "main tendue" à l'Algérie, a annoncé mercredi l'Elysée.

Paris s'emploie depuis plusieurs mois à renouer la relation avec Alger, après une crise alimentée par des propos rapportés de M. Macron en octobre, reprochant au système "politico-militaire" algérien d'entretenir une "rente mémorielle" autour de la guerre d'indépendance de l'Algérie. 

Cet article a reçu 13 commentaires