Quantcast i24NEWS - Un an de présidence Trump en 10 tweets

Un an de présidence Trump en 10 tweets

Le président américain Donald Trump
AFP
En un an à la tête de la 1ère puissance mondiale, Donald Trump a bouleversé les codes de l'exercice du pouvoir

Un personnage au langage direct, parfois familier ou encore ponctué de commentaires acerbes, une intonation de voix singulière soulignée par des expressions faciales exagérées, une allure reconnaissable et souvent moquée - adulé ou détesté, le 45ème président des Etats-Unis peut être assuré de ne pas susciter l'indifférence.

Si depuis sa victoire surprise Donald Trump est sous le feu des critiques, l'opinion publique et les commentateurs peuvent cependant lui reconnaître d'être toujours resté fidèle à son personnage, savamment construit au fil des publications de ses tweets ravageurs.

En un an à la tête de la première puissance mondiale, Donald Trump a bouleversé les codes de l'exercice du pouvoir tant par son phrasé que par son utilisation frénétique du réseau social. A l'aide de 140 caractères, le président américain communique souvent et sans filtre au risque de provoquer une énième polémique. Retour sur une année de présidence Trump résumée en 10 tweets.

#10 - Les fautes d'orthographes

Surnommé "le président qui tweete plus vite que son ombre", Donald Trump a parfois été à l'origine de bourdes et cafouillage en matière d'orthographe et de grammaire. Au lendemain de son investiture, le président américain s'adresse à la nation toute entière au travers de ses quelques 40 millions de followers pour les remercier et se dit "honéré" (et non pas "honoré") d'avoir été élu. Le tweet a depuis été supprimé.

Twitter

"Je suis honéré de vous servir, le grand peuple américain, en tant que 45ème président des Etats-Unis"

#9 - Le "club" de l'ONU

En décembre 2016, un mois après son élection, Donald Trump impose déjà son style atypique et son franc-parler. En réponse à l'adoption par les Nations unies d'une résolution condamnant les implantations israéliennes, il tweete sa désapprobation en qualifiant l'organisation internationale de "club pour que les gens "prennent du bon temps".


"Les Nations-Unies ont un potentiel formidable, mais aujourd’hui il s’agit juste d’un club pour se montrer et prendre du bon temps. Tellement triste !"

#8 - 2 millions d'électeurs "illégaux"

Le 8 novembre 2016, Donald Trump remporte l'élection présidentielle. Après sa victoire grâce à une majorité de grands électeurs mais avec plus de deux millions de voix de moins qu'Hillary Clinton dans le vote populaire, il écrit sur Twitter :

"En plus d’une victoire écrasante au sein du collège électoral (des grands électeurs), j’ai gagné le vote populaire si vous déduisez les millions de gens qui ont voté illégalement"


#7 - "Vous êtes VIRE"

Alors que le mouvement de défiance du gouvernement du genoux à terre - lancé par les footballeurs américains en signe de protestation contre les meurtres de plusieurs Noirs abattus par des policiers blancs - bat son plein, Donald Trump se révolté contre cette pratique qui selon lui "manque de respect au drapeau américain", et suggère de "VIRER" les instigateurs.



"Si un joueur veut conserver le privilège de se faire des millions de dollars au sein de la FNL, ou dans d’autres ligues, il ou elle ne devrait pas avoir le droit de manquer de respect à notre Grand Drapeau Américain (ou notre Pays) et devrait se tenir debout pour l'Hymne National. Si non, VOUS ETES VIRE. Trouvez-vous autre chose à faire!"

"Est-ce que vous n'aimeriez pas voir un de ces propriétaires (d'équipe) de NFL dire, quand quelqu'un manque de respect à notre drapeau, "sortez-moi ce fils de pute du terrain, il est viré, viré!"", avait-il aussi asséné lors d'un meeting.

#6 - Attentat des Champs-Elysées

Le président américain se sert également du réseau social pour commenter l'actualité internationale et véhiculé des messages politiques, comme à l'occasion de la campagne présidentielle française l'attentat survenu sur les Champs-Elysées.


"Une autre attaque terroriste à Paris. Le peuple français n'acceptera pas cela encore longtemps. Ça aura un impact considérable sur l'élection présidentielle", a-t-il jugé.

#5 - Le retweet de Charlottesville

Sous le feu d'une vive polémique après avoir tardé à condamner les violences racistes de Charlottesville qui ont fait un mort, le président américain avait de nouveau attiré l'attention en retweetant Jack Posobiec, adepte des thèses conspirationnistes, et militant de l'"alt-right", un courant d'extrême droite américain.

Twitter

#4 - "HillaryLaCrapule"

Il n'hésite pas non plus à proférer des insultes à l'encontre de son ex-adversaire, la démocrate Hillary Clinton, qu'il qualifie de "crapule".


"Je veux remercier Steve Bannon pour ses services. Il a rejoint la campagne pendant ma candidature contre Hillary Clinton la crapule. Ça a été formidable ! Merci S"

#3 - Kim Jung-Un alias "Rocket Man"

Dans un registre toujours très diplomatique, en pleine escalade entre Washington et Pyongyang, Donald Trump affuble le dirigeant Kim Jong-Un du surnom "homme-fusée".


"J'ai dit à Rex Tillerson, notre merveilleux secrétaire d'Etat, qu'il perd son temps à négocier avec le petit Rocket Man (l'homme-fusée)..." , a-t-il tweeté, reprenant l'une des ses références moqueuses au dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

#2 - FAKE NEWS

A force de marteler ce terme pour désigner des médias qu’il juge "partiaux" et "malhonnêtes", Donald Trump a finalement fait entrer l’expression "Fake news" dans le langage courant.


"Les MEDIAS MENSONGERS (@nytimes en difficulté, @NBCNews, @ABC, @CBS, @CNN) ne sont pas mes ennemis, ce sont les ennemis des Américains"

#1 - "Covfefe"

L'énigmatique "covfefe" est devenu en l'espace de six heures (soit le temps que le tweet soit retiré), la faute de frappe la plus célèbre de Donald Trump, donnant lieu à des milliers de parodies à travers le monde, et désormais utilisé de façon sarcastique pour dire une chose sans aucun sens.

Twitter

D'après la légende, "covfefe" signifiait en réalité "press coverage" ("couverture médiatique"). Suite à cela, un élu américain a présenté la proposition de loi surnommée "covfefe" pour archiver tous les écrits du président américain sur les réseaux sociaux.

Commentaires

(7)

- Devant l’hémicycle des députés français, sur les sujets des paradis papers (paradis fiscaux) le ministre de l'Action et des comptes publics a dit qu'il n'y aurait aucune tolérance zéro au lieu de dire qu'il y aura pas de tolérance zéro. Il est devant les députés et s’occupe des comptes publics. Notre Président a dit le 29 juin, dans la Halle Freyssinet à Paris, Emmanuel Macron la phrase de trop: «une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien». En visite en Grande-Bretagne mardi 24 mai, le président des États-Unis Barack Obama et son épouse Michelle ont été reçus par la Reine Elizabeth II au palais de Buckingham. Souhaitant porter un toast à son hôte, le chef d’État s'est levé et a commencé son discours. Seulement, c'est aussi moment qu'a choisi l'orchestre pour jouer l'hymne national britannique. Comme il est de coutume, la salle s'est levée et s'est recueille, mais le président a continué son discours comme si de rien n'était. La Reine n'a dit mot et a attendu la fin de la musique pour lever son verre, laissant Barack Obama se retourner vers la foule et reposer le sien, confus et gêné. Publié par Sébastien Courtin, le 27 mai 2011 Genside. Voilà à bon entendeur...!

Pourquoi mettez vous toujours une photo du président Trump grimaçant Vous voulez réellement le faire passé pour un clown ? C'est choquant

Pourquoi mettez vous toujours j'en photo de Trump grimaçant ? Il semble que vous vouliez le faire systématiquement passé pour un clown C'est choquant!

Cette photo a été truquée par un logiciel bien connu. L’utilisation de photo truquée ne relève pas de l’information mais de la désinformation. On peut ne pas être d’accord avec une personne mais on n’a pas le droit de salir.

Pourquoi critiquer M. le Président T rump alors qu' il est de fait un allié d Israël? Il peut être mieux encadré. Or, il est très mal entouré en matière de communication. Pourquoi ne pas critiquer Erdogan plus ridicule à mon avis. Il faut l aider et non le submerger de critiques. Il est vrai que la photo n est pas flatteuse. Il est le Président des États-Unis. Mieux entouré, mieux conseillé il sera un président president

présidant (portable qui corrige à sa guise.)

Cette chaîne d’information (I24news) devrait se rappeler comment le régime nazi utilisait des caricatures dans des affiches pour stigmatiser les juifs aux yeux de la population allemande. Mettre une photo truquée par logiciel à l’égard de Trump est faire exactement la même chose aujourd’hui mais avec des moyens modernes. Et les gens se font piéger alors que ce même logiciel peut même transformer le visage sur toute une vidéo sur les ordres d’une personne extérieure. Qu’en pensera le peuple quand des vidéos truquées seront utilisées pour dégrader une personne ou un groupe de personnes? Donald Trump est le président qui a été le plus protecteur du pays d’Israel de tous les temps à ce jour. Le reste ne nous intéresse pas.

8Article précédentArgentine/Attentat de l'AMIA: le procureur A. Nisman a été assassiné, admet le président Macri
8Article suivantLes premières victimes de Bernard Madoff indemnisées