Quantcast i24NEWS - Colombie: 13 morts dans des affrontements entre ELN et dissidents des Farc

Colombie: 13 morts dans des affrontements entre ELN et dissidents des Farc

Un guérillero des Farc à Colinas, dans le sud de la Colombie, le 14 juin 2017
RAUL ARBOLEDA (AFP)
Un "échange de tirs" entre les deux groupes, dans le sud-ouest de la Colombie

Treize personnes ont été tuées en Colombie dans des affrontements entre l'ELN, dernière guérilla du pays, et des dissidents de l'ex-guérilla des Farc, qui a signé un accord de paix, a annoncé mardi le Défenseur du peuple, autorité veillant au respect des droits de l'Homme.

Un "échange de tirs" entre les deux groupes, dans le sud-ouest de la Colombie, a entraîné "la mort de 13 personnes", a déclaré le Défenseur du peuple, Carlos Negret, aux journalistes.

Il s'agit du bilan le plus lourd pour ce genre d'incidents depuis la signature de la paix en novembre 2016 entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), devenues depuis un parti politique.

L'Armée de libération nationale (ELN) cherche elle aussi à nouer un accord de paix et a entamé en février des discussions à Quito, qui ont permis l'instauration d'un cessez-le-feu depuis début octobre et prévu jusqu'au 9 janvier.

L'affrontement entre les deux groupes est survenu le 27 novembre à Magüi Payan, dans le département de Nariño, frontalier avec l'Equateur.

"L'ELN est venue dans cette zone pour prendre les armes de la Résistance (paysanne, un groupe de dissidents des Farc, ndlr), mais cette dernière s'y est opposée, alors a débuté un échange de tirs qui a causé la mort de 13 personnes", a expliqué Carlos Negret.

Il a souligné que l'incident constitue une violation "totale" du cessez-le-feu en vigueur.

Selon le Défenseur du peuple, parmi les victimes décédées se trouve une femme enceinte, un homme handicapé mental et plusieurs dissidents des Farc, qui ont refusé de rendre les armes dans le cadre de l'accord de paix signé.

Il a accusé les rebelles de l'ELN d'avoir enlevé un membre de Résistance paysanne à l'occasion de cet affrontement.

L'ELN avait mis en garde lundi contre les "faits graves" qui selon elle mettent "en danger" le cessez-le-feu bilatéral, accusant notamment l'armée d'avoir attaqué à deux reprises des campements de guérilleros.

Commentaires

(0)
8Article précédentJérusalem: les ambassades US dans le monde renforcent leurs mesures de sécurité
8Article suivantUSA: la Chambre des représentants approuve la loi "Taylor Force Act"