L'Argentine affirme que les Iraniens de l'avion immobilisé Buenos Aires ne sont pas des membres de la Force Quds

i24NEWS

2 min
Des policiers à l'hôtel Plaza Central où se trouve l'équipage d'un Boeing 747 cargo appartenant au Venezuela, à Buenos Aires, Argentine, mardi 14 juin 2022
AP Photo/Gustavo GarelloDes policiers à l'hôtel Plaza Central où se trouve l'équipage d'un Boeing 747 cargo appartenant au Venezuela, à Buenos Aires, Argentine, mardi 14 juin 2022

L'équipage reste interdit de sortie du territoire argentin dans l'attente d'une enquête sur le but du vol

Aucun membre de la Force Quds, la branche des Gardiens de la Révolution iranienne chargée des opérations à l'étranger, ne fait partie des 19 membres de l'équipage d'un avion vénézuélien immobilisé à proximité de Buenos Aires, a déclaré l'Argentine mercredi.

Alors que l'équipage reste interdit de sortie du territoire argentin dans l'attente d'une enquête sur le but et les origines du vol, le ministre de la Sécurité, Anibal Fernandez, a déclaré qu'il avait été simplement avéré qu'un des hommes avait le même nom qu’un membre de la Force Quds.

Cet homme, Gholamreza Ghasemi, est l'un des cinq membres d'équipage iraniens dont les passeports ont été saisis après que le Boeing 747 cargo vénézuélien a été immobilisé en Argentine il y a une semaine.

Mardi, la police a fouillé les chambres d'hôtel des membres d'équipage et saisi des téléphones portables et des documents.

Video poster

La veille, des responsables argentins ont émis des soupçons quant à l'existence d'un lien entre le vol et les Gardiens de la révolution iraniens, qui figurent sur la liste des "organisations terroristes" étrangères établie par les États-Unis.

Mercredi, la chaîne israélienne Channel 13 a rapporté, dans un reportage sans source, que les Iraniens détenus prévoyaient de mener des attaques contre des cibles israéliennes et juives en Argentine et qu'ils s'étaient rendus dans ce pays d'Amérique du Sud pour repérer des cibles. La chaîne a soutenu qu'il s'agit de membres de la Force Quds.

L'Iran a juré de se venger de l'assassinat d'un officier du Corps des gardiens de la révolution islamique le mois dernier, accusant Israël de cet assassinat. Ces derniers jours, Jérusalem a appelé ses citoyens à quitter immédiatement la Turquie, affirmant avoir eu vent de renseignements indiquant que l'Iran tente d'y attaquer et d'y enlever des touristes israéliens.

Cet article a reçu 0 commentaires