Quantcast i24NEWS - Ce qu'il faut retenir du discours sur l'état de l'Union de Trump

Ce qu'il faut retenir du discours sur l'état de l'Union de Trump

US President Donald Trump during a State of the Union speech
i24NEWS

Dans son premier discours sur l'état de l'Union mardi, le président américain Donald Trump a abordé plusieurs dossiers internationaux et notamment demandé au Congrès d'adopter une loi qui garantirait que les pays recevant une aide financière américaine soient des "amis des Américains" et servent les intérêts des Etats-Unis.

Il a également salué sa propre décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, et demandé au Congrès de modifier l'accord nucléaire avec l'Iran.

Unité

L'ensemble des Américains, et notamment les républicains et les démocrates, doivent "mettre de côté leurs différences à la recherche d'un terrain d'entente", a souhaité le président.

Donald Trump qui est en quête de soutien bipartisan pour enrichir son bilan législatif a fait l'éloge de "l'unité dont nous avons besoin pour obtenir des résultats".


Economie

"La Bourse a battu des records les uns après les autres", s'est félicité Donald Trump, insistant sur les bienfaits de sa réforme fiscale.

"Pendant de nombreuses années, les entreprises et les emplois ne faisaient que quitter le pays. Mais maintenant, ils font leur grand retour, ils reviennent", a assuré le président qui ne manque aucune occasion de vanter la vigueur de l'économie américaine.

Immigration

"Pendant des décennies, les frontières ouvertes ont permis à la drogue et aux gangs de déferler sur nos communautés les plus vulnérables. Elles ont permis à des millions de travailleurs mal payés d'entrer en concurrence pour les emplois et les salaires avec les Américains les plus pauvres. Encore plus tragiquement, elles ont coûté la perte de nombreuses vies innocentes", a déploré Donald Trump.

Il a par ailleurs évoqué la situation des "Dreamers", entrés illégalement sur sol américain lorsqu'ils étaient mineurs, assurant que la proposition de naturaliser 1,8 million de sans-papiers en échange du financement du mur à la frontière mexicaine "devrait être soutenue par les deux partis en tant que compromis juste, où personne n'obtient tout ce qu'il voulait mais où notre pays obtient la réforme essentielle dont il a besoin".

Win McNamee (POOL/AFP)

Etats 'rivaux'

Donald Trump a évoqué les pays "rivaux" des Etats-Unis "comme la Chine et la Russie" affirmant que ces derniers menacent "nos intérêts, notre économie et nos valeurs" et que face à eux "la faiblesse est la voie la plus sûre vers le conflit".

Pour assurer la "puissance" de Washington, le président américain a demandé au Congrès de voter les crédits nécessaires pour l'armée américaine, notamment pour "moderniser et reconstruire notre arsenal nucléaire" afin de "le rendre si fort et si puissant qu'il dissuadera toute agression".

Guantanamo

"Je viens juste de signer un décret ordonnant" au ministre de la Défense Jim Mattis "de réexaminer notre politique d'incarcération militaire et de maintenir ouvertes les installations carcérales de Guantanamo Bay", a annoncé Donald Trump.

Sa volonté de garder ouverte cette prison marque une nette rupture avec les tentatives répétées et finalement vaines de son prédécesseur Barack Obama de fermer le site controversé.

Iran

"L'Amérique se tient au côté du peuple iranien dans sa lutte courageuse pour la liberté", a affirmé M. Trump dans une allusion aux manifestations qui ont récemment secoué l'Iran.

"Lorsque les Iraniens se sont soulevés contre les crimes de leur dictature corrompue, je ne suis pas resté silencieux", a-t-il fait valoir tout en demandant "au Congrès de résoudre les problèmes fondamentaux du désastreux accord sur le nucléaire iranien" qu'il n'a de cesse de critiquer.

Le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif a réagi sur Twitter, fustigeant "l'ignorance" du président américain sur l'Iran et la région.


Corée du Nord

"Aucun régime n'a opprimé ses propres citoyens" aussi "brutalement que la dictature cruelle de Corée du Nord", a déclaré le président américain qui a fait des ambitions nucléaires de Pyongyang le défi international numéro un de son administration.

"La dangereuse quête de missiles nucléaires par la Corée du Nord pourrait très prochainement menacer notre territoire", a-t-il mis en garde.

(avec agence)

Commentaires

(2)

Ecrire qu'il y a beaucoup de jaloux qui critiquent TRUMP qui obtient des résultats spectaculaires est passible de censure... Invraisemblable et incompréhensible...

Il fut élégant durant pour le discours, les filles américaines et mexicaines ont kiffé.

8Article précédentUSA: levée d'interdiction d'entrée visant les réfugiés de 11 pays
8Article suivantUne note explosive et secrète sur des écoutes oppose Trump au FBI