Quantcast i24NEWS - USA: arrestation d'un Saoudien lié à Al-Qaïda (autorités)

USA: arrestation d'un Saoudien lié à Al-Qaïda (autorités)

The US Justice Department said the proposed Halliburton, Baker Hughes merger would eliminate competition, raise prices and reduce innovation in the oil services business
AFP/File

Les autorités américaines ont annoncé mardi qu'elles avaient arrêté en Oklahoma un résident saoudien qui avait reçu un entraînement dans un camp d'Al-Qaïda en Afghanistan et avait pris des cours de pilotage aux Etats-Unis.

Le département de la Justice a déclaré que Naif Abdulaziz Alfallaj, 34 ans, était entré aux Etats-Unis en 2011 avec son épouse qui était étudiante.

Selon ce département, il s'était inscrit pour suivre un entraînement dans le même camp en Afghanistan, appelé Al-Farouq, où plusieurs des auteurs des attentats commis le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis s'étaient eux-mêmes entraînés.

En 2016, il a pris des cours dans une école de pilotage en Oklahoma, dans le centre-sud des Etats-Unis, a indiqué le département de la Justice.

L'homme n'a été découvert que récemment, lorsque des enquêteurs ont comparé 15 empreintes digitales trouvées sur un document saisi en 2001 par les militaires américains dans une cache en Afghanistan avec les empreintes digitales du Saoudien enregistrées dans les fichiers américains.

Le document était une demande d'admission au camp Al-Farouq qui comportait un numéro de téléphone à contacter en cas d'urgence en Arabie saoudite et qui menait au père d'Alfallaj.

Lors des attentats du 11 septembre, 15 des 19 pirates de l'air étaient des Saoudiens. Certains d'entre eux avaient pris des cours de pilotage aux Etats-Unis.

Alfallaj a été arrêté lundi à Weatherford, en Oklahoma, et inculpé de trois chefs d'accusation pour avoir caché aux services américains ses liens avec Al-Qaïda. Il encourt 10 ans de prison pour chacun de ces trois chefs.

Commentaires

(0)
8Article précédentWashington "déçu" par la signature de la loi polonaise controversée sur la Shoah
8Article suivantTrump veut mettre ses militaires en rang… à la française