Quantcast i24NEWS - Trump veut mettre ses militaires en rang… à la française

Trump veut mettre ses militaires en rang… à la française

Le président américain Donald Trump et son épouse Melania assistent, le 14 juillet 2017 à Paris, aux côtés du président Emmanuel Macron et de sa femme Brigitte Macron au défilé militaire du 14 juillet
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT (AFP/Archives)

Ce mardi, le président américain a indiqué qu’il souhaitait la mise en place d’un défilé militaire, semblable à celui du 14 juillet en France: "Mettre en avant la puissance militaire américaine", voilà le but que souhaite atteindre Donald Trump avec la création de ce défilé des armées. 

Une manœuvre qui souligne le rôle de commandant en chef du président américain, selon la Maison Blanche et sa porte-parole, qui précise: "Le président Trump est complètement solidaire des militaires qui risquent leur vie chaque jour pour garantir la sécurité de notre pays. Il a demandé au département de la Défense d'étudier la création d'une cérémonie au cours de laquelle tous les Américains pourront exprimer leur reconnaissance". 

Suite à cette déclaration de Sarah Sanders, le Pentagone a lui aussi donné des informations sur l’avancée du projet indiquant qu'il était "en train de régler des points précis".

joel SAGET (AFP)

Si Donald Trump caressait déjà l'idée d'une parade militaire à Washington avant son élection le 8 novembre 2016, il est probable que son déplacement en France et sa participation au défilé du 14 juillet 2017 – qualifié de "formidable" - aient confirmé son projet de faire défiler les soldats américains aux Etats-Unis.

Car c’est d’ailleurs lorsqu'il avait été reçu, en grande pompe, par le président Emmanuel Macron à Paris, que le locataire de la Maison Blanche avait évoqué l'idée d’organiser une parade militaire à Washington le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine.

Mais cette décision a provoqué de violentes critiques chez certaines détracteurs de Donald Trump, à l’image de Jim McGovern: "Quel gaspillage d'argent absurde! Trump se conduit plus comme un dictateur que comme un président", a ainsi réagi l'élu démocrate.

En début de semaine, le président américain s’était déjà attiré les foudres de l’opposition en accusant, lors de son discours sur l’état de l’Union, les élus démocrates qui ne l’avaient pas applaudi de s’être rendus coupables de "trahison".

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentUSA: arrestation d'un Saoudien lié à Al-Qaïda (autorités)
8Article suivantUSA: la chambre des Représentants adopte une loi budgétaire mettant fin au "shutdown" fédéral