Quantcast i24NEWS - Le tireur de Floride inculpé de 17 meurtres avec préméditation (procureur)

Le tireur de Floride inculpé de 17 meurtres avec préméditation (procureur)

Portrait de Nikolas Cruz, auteur de la tuerie dans un lycée de Floride, diffusé par la police du comté de Broward le 15 février 2018
Handout (Broward County Sheriff's Office/AFP)

Le jeune tireur de Floride Nikolas Cruz a été inculpé jeudi de 17 meurtres avec préméditation, après avoir perpétré la veille l'une des pires tueries dans une école américaine, selon un document de justice. 

Renvoyé du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, dans le sud-est des Etats-Unis, pour raisons disciplinaires, Nikolas Cruz, âgé de 19 ans, est revenu dans l'établissement armé d'un fusil semi-automatique mercredi, tuant 17 élèves et enseignants, et en blessant plus d'une dizaine. 

Les 17 victimes mortelles de ce jeune homme lourdement armé, enseignants et élèves, n'ont pas encore été toutes identifiées. Dix-sept blessés ont été hospitalisés, selon un bilan actualisé, parmi lesquels deux sont décédés des suites de leurs blessures. 

Déséquilibré

"Tant de signes que le tireur de Floride était un déséquilibré mental, même viré de l'école pour son mauvais comportement erratique. Les voisins et ses camarades de classe savaient qu'il représentait un gros problème. Toujours les signaler aux autorités encore et encore!", a tweeté le président au petit matin. 

Selon le site BuzzFeed, le FBI avait été alerté en septembre dernier par un abonné de la plateforme YouTube sur le commentaire laissé par un utilisateur du même nom: "Ca sera mon métier d'aller tirer dans les écoles".

Peu après la tuerie mercredi, la police fédérale aurait appelé cet abonné à propos du signalement. Le FBI n'a pas confirmé à BuzzFeed que l'utilisateur signalé était bien Nikolas Cruz. 

'Menaçant' et 'solitaire' 

Des images, filmées à l'intérieur d'une salle de classe pendant l'assaut sanglant probablement par un élève, donne une petite idée de la terreur qui s'est emparée de ce complexe scolaire qui compte près de 3.000 élèves. 

On y entend des coups de feu à cadence très rapprochée, caractéristiques d'un semi-automatique et on y voit des élèves prostrés sous leur bureau ou allongés en silence, tandis que des hurlements s'élèvent plus loin.

La police n'a pour l'heure livré aucun motif, mais le portrait encore très en pointillés laissait poindre un adolescent à problèmes amateurs d'armes.

"Il y a eu des problèmes quand il a menacé des étudiants l'année dernière et je pense qu'on lui a dit de quitter le campus", a déclaré au quotidien Miami Herald Jim Gard, un professeur de mathématiques qui avait eu l'élève dans sa classe.

Selon un lycéen, Nicholas Cokes, Cruz était un "solitaire" qui avait quitté l'établissement il y a quelques mois pour emménager dans le nord de l'Etat après la mort de sa mère. 

Il aurait également fait une préparation militaire, selon des sources au Pentagone qui n'ont pas donné de détails.              

Pas d'avancée sur les armes

Nikolas Cruz avait posté sur les réseaux sociaux des messages "très alarmants", a souligné le shérif et des images sur Instagram présentées par plusieurs médias comme le compte du tireur --avant qu'il ne soit désactivé-- montraient un homme au visage masqué coiffé d'une casquette ou d'un bonnet de l'armée de terre avec des couteaux ou encore l'image d'un fusil à pompe.

"Nous n'avons reçu aucun avertissement, aucune indication", a pourtant précisé Robert Runcie, le proviseur du lycée.  

Des témoins ont rapporté s'être cachés jusque dans les placards lorsque les coups de feu ont retenti peu avant la fin des cours, à 14H30. 

Le drame survenu mercredi est le dernier d'une longue série de fusillades ayant ensanglanté l'Amérique ces dernières années. Et les tueries sont particulièrement récurrentes dans les écoles américaines: il y en a déjà eu 18 en 2018 en comptant celle du lycée Marjory Stoneman Douglas. Mais à chaque fois, le débat sur les armes à feu tourne court. 

Commentaires

(4)

nous devons tous avoir a l'esprit que la frustration est un danger public qu'il faut eliminé de notre society. Sinon rien ne nous dit que a 19 ans ou 20 ans on aimes pas la vie et la croqué a plein dans.

Quand on voit son regard fou on se dit qu' il y une interrogation. Peut-être que les élèves américains devraient passer un examen psychologique pour entrer dans une école puis tous les ans et lors d une exclusion à partir d un portrait psychologique type d un meurtrier, violent, amateur d armes...d après des critères psychologiques, familiaux qui se retrouvent à chaque fois. Est-ce qu' il existe des critères psychologiques qui se retrouvent à chaque fois chez les meurtriers dans les écoles ? Est-ce qu' ils ont tous des points communs ???? Peut-être que le personnel enseignant devrait recevoir une formation pour repérer (Et non désigner) les sujets à risque, sur le fil, afin de prévenir, accompagner...pour anticiper. Il y avait des signes annonciateur ( histoire des couteaux..sa marginalité et surtout si regard effrayant.)

Cela paraître excessif fantaisiste mais si des vies sont sauvées peu importe.

Il faudrait des psy d école spécialisés dans ce domaine de compétence. Il existe bien des conseillers d orientation. Ce n est pas moins utile, 17 morts soit 24 parents en deuil et combien de famille globalement sans parler du traumatisme des élèves. .. y compris d autres écoles alentour bref comme un écho. Ça vaut la peine d y réfléchir.

8Article précédentL’auteur de la fusillade du lycée de Parkland, "un adolescent à problèmes"
8Article suivantUSA: le Sénat rejette le projet de réforme sur l'immigration