Quantcast i24NEWS - Les attaques de Trump sur les médias sont "dangereuses" (Jeff Bezos)

Les attaques de Trump sur les médias sont "dangereuses" (Jeff Bezos)

Jeff Bezos, PDG d'Amazon, et le président Donald Trump, sur un montage réalisé le 29 mars 2016
Mandel Ngan, MANDEL NGAN (AFP/Archives)

Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon et propriétaire du quotidien The Washington Post, a dénoncé jeudi les attaques de Donald Trump sur les médias, en les qualifiant de "dangereuses" pour le pays.

"Il est dangereux de diaboliser les médias", a assuré Jeff Bezos, au cours d'une réception à l'organisation Economic Club à Washington. "Il est dangereux de qualifier les médias de minables. Il est dangereux de dire qu'ils sont les ennemis du peuple", a-t-il poursuivi.

"Nous vivons dans une société où ce ne sont pas seulement les lois du pays qui nous protègent... Ce sont aussi les normes sociales (...). Cela fonctionne parce que nous croyons les mots" écrits sur les pages des journaux. 

Selon Jeff Bezos, le président américain Donald Trump et les personnalités publiques devraient s'attendre à faire l'objet d'un contrôle public et médiatique, qu'il a jugé "sain".

C'est apparemment la première fois que le patron d'Amazon, cible fréquente de Donald Trump, lui adresse des reproches directs et en public.

"Je défends le Post", a déclaré Jeff Bezos. "Je n'éprouve pas le besoin de défendre Amazon", a-t-il ajouté.

Inquiet des invectives présidentielles envers la presse, Jeff Bezos a en revanche affirmé qu'il n'était pas trop préoccupé par l'avenir des médias d'information. "Nous sommes tellement solides dans ce pays. Les médias vont bien", a-t-il dit.

David Ryder (Getty/AFP/Archives)

Jeff Bezos, l'homme le plus riche du monde, a ajouté avoir eu "plusieurs conversations" avec Donald Trump, sans vouloir en préciser la teneur.

Donald Trump a déjà indiqué avoir discuté de ce qu'il appelle les "Fake News" avec le directeur de la publication du New York Times, l'un des plus prestigieux journaux américains qu'il prend régulièrement pour cible de ses critiques.

Le fondateur et PDG d'Amazon a par ailleurs déclaré qu'il ne s'inquiétait pas de la possibilité d'un contrôle antitrust de l'entreprise, géant numérique qui a récemment dépassé les 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Les autorités de régulation américaines se posent la question de savoir s'il y a lieu de réorganiser le domaine d'application des lois anti-monopole pour tenir compte de la domination des géants numériques GAFA: Google, Apple, Facebook et Amazon. 

Si M. Bezos a indiqué qu'il était normal qu'Amazon attire l'attention, le PDG a néanmoins affirmé qu'il ne prévoyait aucune action susceptible d'empêcher le géant d'internet d'innover et de croître. 

Commentaires

(12)

C'est sûr...les médias n'acceptent pas que le President Trump ouvre les yeux des peuples

Mister Bezo, l’argent ne fait pas tout... Faut reconnaître que Trump est la cible permanente des journaux pro démocrates pour étouffer son excellente gestion de l’économie américaine ( sans laquelle Amazon n’atteindrait pas les 1000 milliards..) que les démocrates avec Obama en tête n’ont jamais réussi à faire mieux. Si les démocrates revenaient au pouvoir aux USA ce serait une catastrophe tout comme pour la France si Hollande revenait même si Macron ne fait pas d’éclats dans la gestion du pays..

Les attaques DES MÉDIAS CONTRE un PRESIDENT ÉLU NE SONT PAS DANGEREUSES ???? EN DÉMOCRATIE LORSQUE L’ON VOUS ATTAQUE VOUS AVEZ LE DROIT DE VOUS DÉFENDRE ?????? ET POUR QUELLE RAISONS M. TRUMP N’AURAIT PAS LE DROIT À LA RÉCIPROCITÉ ????

La bonne santé d'une démocratie se mesure aux capacités de sa liberté de la presse et des médias, qui sont les garants de son bon fonctionnement ... Toutefois, lorsque ces "pouvoirs" passent leur temps à lyncher quotidiennement un président qui ne leur plait pas, et refusent d'accepter le résultat des urnes et des citoyens qui ont voté pour lui, tout en balançant des paquets de "fake news" et des calomnies diffamatoires, il y a là, un abus de pouvoir, qu'il est légitime de contester, ce que fait TRUMP ... Bezos est le patron du "Washington Post" qui compte parmi les plus féroces ennemis de TRUMP .. Bezos est-il dans son rôle lorsqu'il interpelle TRUMP, alors qu'il sait mieux que personne, qu'il faut distinguer la libre critique d'un personnage politique, représentant le parti adverse, et son lynchage quotidien ?????

Au printemps 2017, Richard Higgins, expert très expérimenté en guerre asymétrique, travaillait au Conseil National de Sécurité .. Il a déclaré avoir été alerté par des agents du FBI, au sujet d’un effort coordonné de haut niveau, destiné à renverser TRUMP ... Il a alors rédigé une note qui détaillait les "campagnes d’information calomnieuses" dirigées contre TRUMP par des acteurs de "l'Etat profond", composé de mondialistes, banquiers, responsables islamistes, et de Républicains anti-TRUMP ... Higgins a détaillé ce qui allait bien au-delà de la politique normale . Il s’agissait d’une attaque d'un niveau sans précédent, visant à renverser un Président élu, en manipulant l’information ... Sa note de service est parvenue à TRUMP qui l’avait jugée pertinente et réaliste . 48 heures plus tard, Higgins fut congédié par H.R. McMaster, l’adjoint du conseiller en sécurité nationale de l’époque ... Dans une interview exclusive pour la commentatrice conservatrice, Monica Crowley, Higgins a annoncé que, bien qu’il ait vu et dénoncé ce qui se tramait, il avait "sous-estimé à quel point les abus de pouvoir étaient flagrants" ... Bezos, patron du "Washington Post" ignore-t-il cette info pourtant disponible sur plusieurs sites ?????

Besos n a pas à faire de politique. qu' il compte sa fortune .

Par contre les médias eux tout leur est permi

Toute opinion de Bezos est légitime mais pas contre celui dont la démocratie a fait ses preuves. Ou était Bezos quand il fallut condamné les fakes news qui ont été pourtant prouvées par ceux pour qui il prend défendre? Leur mensonges grossiers et éhontés ne l'a pas pour autant dérangé. Le mensonge de la part des médias n'est il pas aussi, si ce n'est plus dangereux, car il véhicule avec lui un message politique mensonger plus qu'une information journalistique vérifiée et dénature totalement la soit distante objectivité journalistique en transformant ceux qui émettent ces faux ragots en personnes politiques mensongères dont il faut rayer a jamais toute croyance. Pour ce, NY.Times,CNN et bien d'autres sont apparus au monde (a des centaines de millions) comme étant l'anti-chambre d'un parti politique n'ayant absolument rien avoir avec le journalisme. A bon entendeur salut!

Qui dirige le pays ? Les médias ou le Président élu. Qui prend les décisions en matière de défense, de commerce, de sécurité... Le Président ou les médias ? Les médias sont faits pour raconter les faits. C'est tout ce que nous leur demandons. L'avis d'un homme d'affaires qui a acheté un journal célèbre n'a aucune importance parce qu'il n'a pas été élu. S'il veut s'en prendre au Président élu qu'il fasse de la politique. Il peut ouvertement critiquer les positions du Président mais dans ce cas qu'il n'utilise pas le terme dangereux mais un autre terme et qu'il argumente. Enfin, le Président en droit de s'exprimer... ET de s'en prendre aux médias. Ceux-ci peuvent lui répondre s'ils sont pas d'accord. Le problème est la disproportion que prennent les commentaires des médias qui s'apparente à un acharnement, un lynchage du Président. Trop c'est trop !

-Moi, je vois Mr Bezo la hausse du taux de croissance aux Etats-Unis, je ne vois pas que les tweets du Président Trump. -Moi, je vois Mr Bezo la baisse vetigineuse du chômage aux Etats-Unis avec une amélioration des salaires sur au moins 209000 emplois nouvellement créés et point seulement le combat commercial USA-CHINE. -Moi, je vois des entreprises telle qu Amaon atteindre une capitalisation boursière de $1000 millards et point seulement les allégations du procureur pro-démocrate. -Moi, je vois un bel accord commercial bilatéral USA-MEXIQUE là nul n'esperait quoi que ce soit de bon et point seulement la construction polémique du mur à la frontière américano-mexicaine. Et vous, Mr Bezo, que voyez-vous ?

14 septembre 2018 16:11 -Moi, je vois Mr Bezo la hausse du taux de croissance aux Etats-Unis, je ne vois pas que les tweets du Président Trump. -Moi, je vois Mr Bezo la baisse veRtigineuse du chômage aux Etats-Unis avec une amélioration des salaires sur au moins 209000 emplois nouvellement créés et point seulement le combat commercial USA-CHINE. -Moi, je vois des entreprises telle qu Amazon atteindre une capitalisation boursière de $1000 milliards et point seulement les allégations du procureur pro-démocrate. -Moi, je vois un bel accord commercial bilatéral USA-MEXIQUE là nul n’espérait quoi que ce soit de bon et point seulement la construction polémique du mur à la frontière américano-mexicaine. Et vous, Mr Bezo, que voyez-vous ?

En fait les "démocrates" au États Unis ne sont démocrates que de nom (en autre comme le parti sioniste en Israël). Libération (le chiffon édité en France) pourrait les représenter sans aucun problème car leur devise est sans conteste: "Faites ce que l'on prône mais ne m’imitez pas". Cette devise était celle d'un certain et triste Sadat Husein. Voila la vraie démocratie que l'on veut offrir: Vous existez tant que je domine ou règne sinon rien n'existe. Trop peu pour moi!.

8Article précédentLa côte atlantique américaine se prépare à subir l'impact de l'ouragan Florence
8Article suivantUSA: l'ouragan Florence "ravage" la Caroline du Nord (gouverneur)